Anecdotes de musique – Black Sabbath – Iron Man

Cette mythique chanson du non moins mythique groupe metal Black Sabbath est paru sur le premier album du groupe en 1970, Paranoïd. Voici ce qu’elle raconte …

Les paroles racontent l’histoire tragique d’un héros, ayant traversé le temps pour assurer l’avenir de l’humanité. Malheureusement il traversa lors de son voyage un grand champ magnétique le transformant en une immobile statue d’acier. Le héros est alors progressivement oublié, les hommes ne voyant plus qu’une singulière autant qu’énigmatique statue en lui, d’un autre âge. Les premières paroles montrent bien l’étonnement des passants devant cette statue dont ils se demandent s’il est vivant ou mort, etc. Bien que son état véritable soit inconnu (le héros déchu est-il emprisonné dans la statue creuse ? Est-il à la fois organique et mécanique ?…), le personnage conscient de son état autant que des pensées de l’humanité à son égard, devient de plus en plus amer, préparant sa vengeance. Le jour où il regagne sa liberté, l’homme de fer tue d’une terrible manière ceux qu’il a auparavant sauvés, et qui tentent désormais de fuir.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Iron_Man_(chanson)

Je peux vous dire qu’à la polyvalente dans les années 80, cette chanson était souvent jouée dans les Ghetto Blasters des étudiants dans la salle étudiante. Pour plusieurs, cette chanson est la première qui nous vient en tête en parlant du groupe.

D’ailleurs, cette chanson ainsi que plusieurs autres chansons du groupe ont été reprises par le groupe lors de l’album Reunion en 1997 En regardant le clip original de 1970, on se surprend à trouver Ozzy Orsbourne plus « réveillé » que durant ces dernières années.

 

 

Publicités

Anecdote de musique – Opus – Life is Life

Ce groupe autrichien formé en 1973 fut surtout célèbre pour la chanson Life Is Life. Le vidéo fut considéré à l’époque comme controversé par quelques groupes anti-violence car disait-on, ce vidéoclip faisait la promotion de la violence.

Par ailleurs, cette chanson fut reprise par René Simard dans les années 80 sous le titre La vie chante. Ici dans une émission animée par Jacques Boulanger à Radio-Canada, on peut y voir et entendre la version de René Simard. À remarquer une dame qui fausse…

Anecdotes de musique : Amy Winehouse – Body and Soul (avec Tony Bennett)

Pour le deux de deux de cette semaine, une autre chanteuse soul qui est parti beaucoup trop rapidement, presque au sommet de son art. Amy Winehouse a, comme beaucoup des chanteuses de blues et de soul des années 40, 50 et 60, suivi le même trajet, avec beaucoup d’abus d’alcool et de drogues et c’est ce qui l’a carrément tué en 2012. Le vidéo ci-dessous la montre en compagnie de Tony Bennett dans le duo Body and Soul. Dernier clip et dernière chanson enregistrée par la chanteuse. Cet extrait fut d’abord sorti sur l’album Duets de Tony Bennett et est également sur le troisième album, inachevé, de la chanteuse, qui est devenu après sa mort une compilation d’enregistrements du passé de la chanteuse avec une ou deux chansons originales. Une autre chanteuse de talent, avec une voix unique qui est partie trop rapidement.

Anecdotes de musique – Depeche Mode – Strangelove

1987, c’est la sortie de l’album Music for the Masses pour le groupe britannique Depeche Mode, dont le nom du groupe est tiré d’un magazine français. Music for the Masses fut l’album alternatif du groupe qui les a mis en avant-scène commercialement parlant.  L’album suivant, Violator, fut l’album de la consécration. Après le succès Never Let Me down en 1987, le groupe sort un deuxième single, Strangelove. Il faut dire qu’il existe deux vidéoclips, Strangelove en version single et Strangelove 88, dont la version de la chanson a été retenue pour l’album. Le clip de la version single a été tourné à Paris avec deux top modèles en Super 8 monochrome avec des séquences d’animation. À MTV, on a fait retirer des séquences de ce clip où l’on voit les top modèles en tenues plus sexées pour les remplacer par des séquences avec le groupe. Sinon bien sûr, on refusait de faire jouer le clip. Pourtant, on était loin des poses de filles sur des capots de voitures des vidéoclips de Hair bands. Rien à comprendre. Strangelove 88 est un clip beaucoup plus froid avec un décor industriel en tons de gris, des arrières-plans d’immeubles et des projections sur ceux-ci. Moins provocant disons. Toujours est-il que les deux versions de la chanson font fureur Pour votre bénéfice, je mets ici les deux versions du clip.

 

 

Les blogueurs et journalistes, fans du Canadien, s’ennuient beaucoup des Nordiques (???)

C’est la désolation et la panique ! Le Canadien de Montréal est dans une mauvaise passe présentement et certains blogueurs et journalistes sportifs manquent visiblement de verbe et d’arguments pour expliquer la déveine. Non, je ne me transformerai pas en blogueur sportif. Mais je veux juste souligner une manie qu’ont certains individus pour détourner l’attention des problèmes de leurs Glorieux. Évidemment, je ne fais pas référence ici aux journalistes plus sérieux et professionnels que l’on peut lire, entendre ou voir dans les médias.

 

Danser sur les tombes

Pour expliquer les problèmes des Subban, Pacioretty et Petry, certains blogueurs et journalistes sortent des boites de cassettes VHS ou des coupures de journaux, de vieilles histoires pour se moquer de la période au tournant des années 90, période sombre de la courte histoire du club de hockey, les Nordiques de Québec. C’est peut-être pour se consoler, pour se changer les idées ou je ne sais trop. Peut-être craignent-ils que le retour des Nordiques dans la LNH se réalise enfin ? Je voudrais leur dire une chose, ou peut-être deux en fait. Les Nordiques sont partis depuis 1995 de la LNH. 21 ans. Une bonne partie de votre lectorat n’a probablement jamais connu cette équipe. Donc, où est l’intérêt ?

 

Je vous mets ici, pour illustrer mon propos, un exemple en quelques extraits d’un article paru dans la section blogue du Sportnographe du journal Métro du 28 janvier dernier :

Or, en ce qui concerne Canadien, il suffit de regarder dans le miroir de l’histoire récente pour constater que les affaires du passé sont plus proches qu’elles n’y apparaissent et qu’il suffit d’y jeter un œil, ne serait-ce que distrait, pour se trouver ben meilleur qu’on le pense. On invite d’ailleurs le partisan de Canadien à se changer le mal de la défaite de place avec nous en se remémorant le passé pas glorieux des Nordiques de Québec, particulièrement celui de la saison 1989-1990.

Une vraie saison de marde
Actuellement, les détracteurs sont nombreux pour dire que Canadien a une saison de marde. Or, avec 52 points en 50 matchs jusqu’à maintenant, c’est largement déjà beaucoup mieux que le nombre total de points des Nordiques en 1989-1990, soit 31 points en 80 matchs. ÇA, c’était une vraie saison de marde.

Je ne contesterai pas la saison de « marde » des Nordiques, loin de là. Mais difficile ici de comparer deux époques complètement distincts. À l’époque il n’y avait que 21 équipes dans la LNH. Le sport s’en trouvait moins dilué et il n’y avait pas de plafond salarial. Les équipes pauvres étaient pas bonnes et les riches, meilleures. Aujourd’hui, un gardien de qualité fait l’équipe visiblement. À l’époque, ça en prenait plus. Je ne vois pas par ailleurs pourquoi l’utilité de parler et de se moquer d’une équipe qui n’existe plus depuis longtemps. Ça fait un peu danser sur les tombes.

 

Se moquer des noms de joueurs

Par ailleurs, il y a ceux qui trouvent que ça l’a (des Y, évidemment) pas d’allure que quatre gardiens différents aient défilé devant le filet de Canadien depuis le début de la saison. Il suffit pourtant de regarder à nouveau dans le rétroviseur de l’histoire des Nordiques pour se consoler. En 1989-1990, ils en ont fait jouer sept différents: John Tanner, Ron Tugnutt, Scott Gordon, Stéphane Fiset, Greg Millen, Sergei Mylnikov et Mario Brunetta.

Heu !!! Peut-être que Tugnutt et Fiset étaient blessés cette année-là. Peut-être aussi que, tant qu’à perdre, on va essayer des propects des mineures. De toute façon, pas trop d’arguments là-dedans. Pourquoi le CH a utilisé 4 gardiens jusqu’à maintenant cette saison ? Ce serait plus intéressant que de ressasser des trucs du passé pour ne pas être capable d’expliquer la situation en 1989 puisque plus personne ne s’en souvient. Parler pour rien dire…

L’argument choc (sic), vous allez me voir venir, est de ridiculiser le nom de certains joueurs, de certains Mario en particulier…

Mention spéciale d’ailleurs aux Mario cette saison-là chez les Nordiques. Ils étaient trois: en plus de Brunetta, il y avait le légendaire (sic) Mario Marois et l’obscur Mario Doyon. Avec le recul, Mike Condon, c’est pas si pire comme nom.

Rendu là, tout a été dit. On passe à un autre appel.

Le type, Jean-Philippe Pleau, aurait pu simplement regarder dans la LNH et comparer le CH avec les Blue Jackets de Columbia avec leur saison difficile. Oh ? Oups, le CH a perdu deux parties en ligne il y a moins de deux semaines contre cette équipe. On oublie ça. Cassé.

Visiblement, certains partisans du CH blogueurs ou journalistes s’ennuient vraiment (sic) des Nordiques ! Ça ne sera pas drôle si les Nordiques devaient finalement revenir dans la LNH.