Quand la radio parle de la radio | Le Journal de Québec

Un commentaire intéressant au sujet de la radio de Québec qui parle d’elle même lors des sondages Numéris où l’on assiste à un spectacle bi-annuel désolant et où l’auditeur et l’auditrice sont mis de côté.
http://www.journaldequebec.com/2017/05/27/quand-la-radio-parle-de-la-radio

Gilles Parent me «turn off» de Sophie Durocher

#jenesuispasgillesparent Notre placoteux à 5 sous s’est mis à nouveau les pieds dans les plats. Il s’est avancé sur la place des femmes à la radio et voulait faire parler de lui comme lorsqu’il commente la performance des autres animateurs. Mais ici, notre sac de chips national à mal évalué sa cible et s’est mis à reculer avec l’ampleur de la controverse. En fait, il a raison sur une chose. Il n’y a pas beaucoup de femmes d’opinion à la radio parce que, comme pour tout le monde en général, les haineux rendent les prises de positions personnelles en insultant les autres mais c’est pire avec les femmes d’opinion. Ca devient carrément vulgaire, comme en fait part Durocher ici. Pas étonnant alors que les femmes d’opinion fuient pour une bonne partie les micros.

http://www.journaldemontreal.com/2017/04/28/gilles-parent-me-turn-off