à la Une

Mario Tremblay pas de retour cet automne à NRJ

Mario Tremblay vient d’apprendre qu’il ne sera pas de retour cet automne à NRJ :

J’aurai appris cet été que perdre son emploi à la radio durant ses vacances, c’est parfait pour que ça passe inaperçu! Lol Il semble y en avoir plusieurs (Contents ou non 🙂 ) qui ont compris seulement aujourd’hui que je ne serais pas de retour cet automne à mon ancien micro…🙂

Profil perso Facebook

Avec les récents brassages de cartes à NRJ, je ne suis pas surpris. On déplace Jérôme Landry pour mettre au retour Éric Salvail réseau.

à la Une

La meilleure poutine au Québec, partie 14 : Casse-Croûte la Licorne RDL et Le Roy Jucep, Drummondville

Pour la dernière des dernières des chroniques sur la meilleure poutine au Québec, quoi de mieux que de vous présenter deux endroits piliers de la poutine au Québec, Le Roy Jucep à Drummondville ainsi que la Licorne à Rivière-du-Loup.

Commençons d’abord par la poutine classée récemment 8e au Québec selon Poutine War (http://poutinewar.com/top-10-meilleures-poutines-du-quebec/), celle de la Licorne. La Licorne est un casse-croûte saisonnier assorti d’un bar laitier. Ce casse-croûte n’accepte que l’argent comptant. Il y a une borne ATM pour vous dépanner mais je ne le recommande pas à cause des énormes frais de service pour son utilisation. Située tout prêt du parc industriel de Rivière-du-Loup et du siège social de Premier Tech, la Licorne est reconnu entre autres pour son spécial du travailleur les midis en semaine. La prise de commande est longue, surtout si vous y aller le midi en semaine à cause de l’affluence. Heureusement, le service est par la suite très rapide.

Côté poutine, je ne suis pas sûr que je la mettrais dans mon top 10. Toutefois, cette poutine a du bon potentiel. Le seul bémol est en fait la sauce qui goûte quelque chose du genre hot chicken ou BBQ. Une question de goût je dirais mais je ne raffole pas. Une belle grosse patate fraîche et du bon fromage complètent bien le trio. C’est là sa force. De belles frites bien dorées, d’une belle grosseur et de bon goût. Malgré mon bémol pour la sauce, je comprends que bien des gens aiment cette poutine. C’est un peu cher par contre pour déguster la 8e meilleure poutine du Québec. Il faut croire que chaque bonne chose a son prix.

383 Témiscouata
Rivière-du-Loup, QC
(418) 867-9997

Le berceau de la poutine

Le Roy Jucep, établissement de Drummondville, se proclame l’inventeur de la poutine. Et c’est probablement à juste titre. Ashton Leblond, des restaurants Ashton, avoue lui-même qu’il a découvert la poutine à Drummondville et qu’il l’a ensuite fait découvrir aux gens de Québec.

Cet établissement a une allure rétro, un peu comme les anciens restaurants Nickel’s : tables et chaises chromées. La poutine servie sur place peut se présenter en différentes variétés, comme c’est un peu la mode dans beaucoup de casse-croûtes. J’ai choisie la poutine régulière avec la sauce régulière.

En parlant de la sauce, celle-ci a un goût tomaté, comme celle des Planète Poutine de la chaîne de Trois-Rivières. Je vous laisse le soin de débattre à savoir qui a copié qui. Ceci dit, cette sauce n’est pas du tout mauvaise. Les frites quant à elles sont bonnes mais sans plus : elles pourraient avoir encore meilleur goût. Ma déception vient du fromage utilisé dans cette poutine qui pourrait être plus frais. Mais comme je me suis présenté à cet endroit la fin de semaine et comme il n’y a pas de livraison de fournisseurs la fin de semaine généralement, c’est ce qui pourrait expliquer ceci. Et comme c’est de plus en plus la manie, la facture grimpe vite avec la grosseur des formats. Dommage quand même.

1050, boul. Saint-Joseph
Drummondville (Québec) J2C 2C6 Canada
Téléphone : 819 478-4848

C’est ainsi que se termine la série de chroniques sur la meilleure poutine au Québec. J’espère que vous avez grandement apprécié. La prochaine série de chroniques pour la saison 2016-2017 portera sur les fausses bonnes idées de tous les jours.

 

à la Une

La meilleure poutine au Québec, partie 13 : restaurants Au Sommet de la Chute et Kwick-Kwick Trois-Pistoles

Sur l’Avenue Royale à Boischatel, tout juste de l’autre côté du pont de la Chute Montmorency, existe un petit casse-croûte du nom de Au Sommet de la Chute.

C’est notre endroit pour notre test de poutine de cette fois-ci. Ce resto est à même le bâtiment du Bed & Breakfast du même nom. Évidemment, on y sert tout ce à quoi on s’attend d’un casse-croûte : hot-dogs, hamburgers, frites, etc. Le décor est parsemé de photos de stars des années 50 et 60.

Le service est assez rapide et convivial. La poutine pourrait être cependant plus agréable. Le point fort de cette poutine est les frites. Juste ce qu’il faut : bien dorées et d’une belle grosseur. Cependant, la sauce n’est pas à mon goût personnel : elle mériterait d’être retravaillée. Le fromage n’est pas à la hauteur : ça manquait un peu de fraîcheur. Au final, la poutine est décevante.  Je vous invite quand même à vous faire votre propre tête :

5014, avenue Royale
Boischatel, QC
G0A 1H0

418-822-1422

Site web : ausommetdelachute.com

 

Désastre à Trois-Pistoles

J’ai hésité longuement avant d’écrire cette chronique concernant le restaurant Kwick-Kwick de Trois-Pistoles. Nouveau restaurant de la célèbre fromagerie des Basques, nous avons testé leur poutine deux semaines après leur ouverture officielle au mois de février dernier. Je n’aime pas affubler le mot désastre à une poutine. C’est la raison de mon hésitation à écrire cette chronique d’autant plus que je me disais qu’ils sont peut-être en rodage.

Toujours est-il que je ne suis pas retourné depuis à cause de ma très mauvaise expérience. Des frites trop cuites, sèches et trop foncées. Une sauce couci-couça. Seul le fromage était frais, il venait de l’autre côté de la rue. Les propriétaires de la Fromagerie des Basques ont mis beaucoup de sous dans cette nouvelle construction, pour abriter après un ou deux ajustements la nouvelle crèmerie et le restaurant. a déco du resto est agréable sans être trop chic. Le stationnement donne sur une belle vue sur le fleuve. Mais pour la poutine, on repassera. Ou peut-être pas finalement.

En passant, une traverse, pour les piétons qui désirent traverser à la fromagerie, a été aménagée avec la collaboration du ministère des Transports (entre le resto et la fromagerie et qui traverse la route 132). Cette traverse occasionne maints refoulements sur la route 132. Ne soyez pas surpris.

En espérant que les choses se soient replacées depuis, je vous mets ici les coordonnées du resto Kwick-Kwick:

139 Rte 132 ouest, Trois-Pistoles, Québec G0C 2B0
Téléphone :(418) 392-6166
à la Une

La meilleure poutine au Québec, partie 12 : Resto Mini-Putt Rivière-du-Loup et Chez Micheline Saint-Augustin-de-Desmaures

Je décide de faire un blitz cette semaine avec cette série d’articles sur la meilleure poutine au Québec avec d’enchaîner une nouvelle série d’articles sur les fausses bonnes idées pour l’année 2016-2017.

Débutons par le très réputé Chez Micheline à Saint-Augustin-de-Desmaures, célèbre pour ses nouilles chinoises ainsi que sa poutine. Ce fut une très belle expérience gustative en général. Belle grosseur de frites qui sont bonnes au goût, comme celles que l’on recherche dans les stands de patates. Le fromage est frais et la sauce est parfaite. Plusieurs formats de poutines pour tous les appétits. Cette journée ensoleillée nous permettait d’apprécier l’aménagement à l’arrière de la roulotte avec ses quelques tables à pique-nique.

Une des meilleures poutines au Québec.

Voici les coordonnées de Chez Micheline :

225 route 138
Saint-Augustin-de-Desmaures, Québec
G3A 1W7

418-878-2663

 

Passons maintenant au Mini-Putt de Rivière-du-Loup sur la rue Fraser.

60, rue Fraser
Rivière-du-Loup, QC
G5R 1C2

Tél. : 418 862-8448
Fax : 418 860-3325

Horaire :
Dimanche au mercredi : 10h à 22h
Jeudi au samedi : 10h à 23h

Propriétaires du Mini-Putt depuis mai 2014, Marc Malenfant et Diane Ouellet ont pris les choses en main afin de dynamiser ce restaurant de la rue Fraser à Rivière-du-Loup.

Marc, Diane et leur équipe vous ont concocté un savoureux nouveau menu. Hamburgers, poutines, trios et spéciaux sont toujours au rendez-vous pour votre plus grand plaisir. Pour emporter ou déguster sur place dans notre vaste et accueillante salle à manger, nos repas sont préparés avec soin et confectionnés à partir d’aliments du terroir régional.

Mets savoureux, vue sur le fleuve, 18 trous de mini-putt pour vous amuser… Vraiment, au Mini-Putt, c’est l’endroit par excellence en famille ou entre amis!

De manière générale, le Mini-Putt de RDL font des bonnes « puttines », comme le mentionnent leurs publicités. Il existe deux sortes de sauces, régulière et piquante, avec plusieurs possibilités de garnitures. Pour les buts de l’évaluation, j’ai choisi la sauce régulière sans garnitures spéciales. La sauce est très bonne, le fromage ne fait pas squick-squick autant qu’on le voudrait mais ce n’est pas dramatique. Sans être dramatique également, les frites pourraient être plus goûteuses à mon avis. Au final, ça donne quand même quelque chose d’intéressant. J’ai goûté également à la poutine pepperoni, avec du pepperoni grillé sur le dessus de la poutine et ce n’est pas mauvais non plus. Si vous avez envie d’une partie de mini-putt après votre « puttine », laissez-vous tenter. Vous pouvez y jouer jusqu’à tard le soir. Évidemment pas en hiver…

à la Une

Jeff Fillion et les calembours du Journal de Québec

Je me serais presque crû à l’époque du Journal Voir Québec et les fameux calembours contenus dans les titres des articles et chroniques … mais en plus « cheap ».

Quel jeu de mots avec ce titre en page frontispice du Journal de Québec de ce matin concernant la nouvelle du congédiement de Jeff Fillion du réseau Énergie…

Avec ce genre de titre, on passe une « Bell » journée… Merci à E. F. pour la trouvaille.

 

wp-1461279335779.jpg

à la Une

Les blogueurs et journalistes, fans du Canadien, s’ennuient beaucoup des Nordiques (???)

C’est la désolation et la panique ! Le Canadien de Montréal est dans une mauvaise passe présentement et certains blogueurs et journalistes sportifs manquent visiblement de verbe et d’arguments pour expliquer la déveine. Non, je ne me transformerai pas en blogueur sportif. Mais je veux juste souligner une manie qu’ont certains individus pour détourner l’attention des problèmes de leurs Glorieux. Évidemment, je ne fais pas référence ici aux journalistes plus sérieux et professionnels que l’on peut lire, entendre ou voir dans les médias.

 

Danser sur les tombes

Pour expliquer les problèmes des Subban, Pacioretty et Petry, certains blogueurs et journalistes sortent des boites de cassettes VHS ou des coupures de journaux, de vieilles histoires pour se moquer de la période au tournant des années 90, période sombre de la courte histoire du club de hockey, les Nordiques de Québec. C’est peut-être pour se consoler, pour se changer les idées ou je ne sais trop. Peut-être craignent-ils que le retour des Nordiques dans la LNH se réalise enfin ? Je voudrais leur dire une chose, ou peut-être deux en fait. Les Nordiques sont partis depuis 1995 de la LNH. 21 ans. Une bonne partie de votre lectorat n’a probablement jamais connu cette équipe. Donc, où est l’intérêt ?

 

Je vous mets ici, pour illustrer mon propos, un exemple en quelques extraits d’un article paru dans la section blogue du Sportnographe du journal Métro du 28 janvier dernier :

Or, en ce qui concerne Canadien, il suffit de regarder dans le miroir de l’histoire récente pour constater que les affaires du passé sont plus proches qu’elles n’y apparaissent et qu’il suffit d’y jeter un œil, ne serait-ce que distrait, pour se trouver ben meilleur qu’on le pense. On invite d’ailleurs le partisan de Canadien à se changer le mal de la défaite de place avec nous en se remémorant le passé pas glorieux des Nordiques de Québec, particulièrement celui de la saison 1989-1990.

Une vraie saison de marde
Actuellement, les détracteurs sont nombreux pour dire que Canadien a une saison de marde. Or, avec 52 points en 50 matchs jusqu’à maintenant, c’est largement déjà beaucoup mieux que le nombre total de points des Nordiques en 1989-1990, soit 31 points en 80 matchs. ÇA, c’était une vraie saison de marde.

Je ne contesterai pas la saison de « marde » des Nordiques, loin de là. Mais difficile ici de comparer deux époques complètement distincts. À l’époque il n’y avait que 21 équipes dans la LNH. Le sport s’en trouvait moins dilué et il n’y avait pas de plafond salarial. Les équipes pauvres étaient pas bonnes et les riches, meilleures. Aujourd’hui, un gardien de qualité fait l’équipe visiblement. À l’époque, ça en prenait plus. Je ne vois pas par ailleurs pourquoi l’utilité de parler et de se moquer d’une équipe qui n’existe plus depuis longtemps. Ça fait un peu danser sur les tombes.

 

Se moquer des noms de joueurs

Par ailleurs, il y a ceux qui trouvent que ça l’a (des Y, évidemment) pas d’allure que quatre gardiens différents aient défilé devant le filet de Canadien depuis le début de la saison. Il suffit pourtant de regarder à nouveau dans le rétroviseur de l’histoire des Nordiques pour se consoler. En 1989-1990, ils en ont fait jouer sept différents: John Tanner, Ron Tugnutt, Scott Gordon, Stéphane Fiset, Greg Millen, Sergei Mylnikov et Mario Brunetta.

Heu !!! Peut-être que Tugnutt et Fiset étaient blessés cette année-là. Peut-être aussi que, tant qu’à perdre, on va essayer des propects des mineures. De toute façon, pas trop d’arguments là-dedans. Pourquoi le CH a utilisé 4 gardiens jusqu’à maintenant cette saison ? Ce serait plus intéressant que de ressasser des trucs du passé pour ne pas être capable d’expliquer la situation en 1989 puisque plus personne ne s’en souvient. Parler pour rien dire…

L’argument choc (sic), vous allez me voir venir, est de ridiculiser le nom de certains joueurs, de certains Mario en particulier…

Mention spéciale d’ailleurs aux Mario cette saison-là chez les Nordiques. Ils étaient trois: en plus de Brunetta, il y avait le légendaire (sic) Mario Marois et l’obscur Mario Doyon. Avec le recul, Mike Condon, c’est pas si pire comme nom.

Rendu là, tout a été dit. On passe à un autre appel.

Le type, Jean-Philippe Pleau, aurait pu simplement regarder dans la LNH et comparer le CH avec les Blue Jackets de Columbia avec leur saison difficile. Oh ? Oups, le CH a perdu deux parties en ligne il y a moins de deux semaines contre cette équipe. On oublie ça. Cassé.

Visiblement, certains partisans du CH blogueurs ou journalistes s’ennuient vraiment (sic) des Nordiques ! Ça ne sera pas drôle si les Nordiques devaient finalement revenir dans la LNH.

 

 

à la Une

La corde à linge

Deux chroniques dans les journaux m’ont particulièrement frappé dans la dernière semaine. D’abord, Sophie Durocher dans le Journal de Montréal et le Journal de Québec a écrit une chronique au sujet de la sortie de Star Wars et de la folie autour des produits dérivés. Et aussi de l’obsession de Disney à vouloir contrôler l’information avant la sortie du film. Disney, c’est Disney. C’est une manufacture à billets verts. Acheter les droits pour produire la nouvelle trilogie a coûté très cher et les gens chez Disney veulent très certainement rentabiliser leur investissement. Rien à dire jusque là sauf lorsqu’elle s’attaque aux fans. Les fans vont aller voir quand même le film malgré toutes les babioles et tous les produits alimentaires à l’effigie de Star Wars. Mais tant qu’à faire pourquoi ne pas faire la même chose avec tous les mêmes gugusses à l’effigie des produits Disney ? Vous savez, Histoires de Jouets, Frozen et bien d’autres films d’animation qui en plus eux s’adressent aux enfants. Pourquoi s’attaquer uniquement à Star Wars ? Je présume qu’elle n’aime pas la série de films et que le brouhaha autour de Star Wars la dérange plus que le même brouhaha autour de Frozen, des Minions et des autres films d’animation à la mode ces temps-ci. Où est donc l’intérêt d’écrire cette chronique ?

L’autre chronique fut paru en fin de semaine dans le journal La Presse sous la plume de Nathalie Petrowski. Cette chronique portait encore sur la « fameuse radio-poubelle ». Au lendemain des BBM à Québec, Mme Petrowski, dans un élan de génie (lire ici tout le sarcasme), décide de descendre à Québec pour interroger les artisans de cette fameuse radio-poubelle. Wow ! Encore un article sur ce sujet, comme si on ne l’avait déjà pas assez épuisé comme ça. Comme le soulignait l’auteure, la radio dite poubelle est présente depuis au moins  les années 90 et c’est depuis au moins ces années-là que des « outsiders », principalement de Montréal, tentent de décrire le phénomène sans trop de succès, probablement parce qu’on est trop collé sur l’histoire Chiasson-Fillion-CHOI FM. Évidement, et malheureusement pour Petrowski, les artisans de cette radio ont vu ce qui s’est passé et ce qui s’écrit depuis le passage de Jeff Fillion à Tout le Monde en Parle avec « M. Cartron » et ont refusé pour la très grande majorité d’entre eux les demandes d’entrevues avec madame. Car ils savent trop bien que Petrowski va rapporter la même bouette que depuis 2004, ce qui fut le cas d’ailleurs. Donc, où est l’intérêt d’écrire une xième chronique sur le sujet ? Quel est l’intérêt de traiter dans une chronique de la même façon de ce qui est dénoncé de la façon de faire de ces radios : raccourcis intellectuels, préjugés et désinformation. Qu’est-ce qui justifie d’utiliser la même méthode malicieuse pour dénoncer la méthode malicieuse d’autres médias, sinon entretenir des guéguerres aussi puériles qu’inutiles ? Probablement parce que c’est plus facile et rentable de faire les commères de corde à linge que d’écrire des articles aussi instructifs qu’intéressants pour la population.

C’est certainement plus facile pour les Petrowski, Durocher et Martineau de ce monde d’utiliser la méthode de la corde à linge. Pour susciter de l’achalandage, pour susciter l’émotion profonde des gens, justifier leur salaire et pour certainement engranger des sous pour leurs patrons. Et j’imagine dans les deux cas qui nous occupent que visiblement les idées de chroniques manquaient. Ça doit pas être évident parfois d’être payé à gros salaire et de devoir pondre 3, 4, 5 chroniques par semaine ! D’ailleurs, pourquoi Petrowski s’intéresse aux salaires des animateurs de radio de Québec qui, en passant, sont sûrement moins bien payés que les grosses vedettes dans le marché de Montréal, marché oblige. Pourquoi Petrowski nous montre pas son talon de paie, elle qui nous a écrit une telle « coquille vide » ? Martineau, lui qui aime tant discuter des affaires islamiques, pourrait pas faire une recherche et nous expliquer de façon précise l’ensemble de la problématique dans le monde arabe tout en nous donnant son point de vue sur 3 ou 4 chroniques, ou peut-être plus même ? Il me semble que les lecteurs se feraient une meilleure tête et on éviterait de colporter toutes sortes de préjugés et de fausses idées.

Les bonnes idées ne manquent pas pourtant. L’actualité en fournit une tonne. Mais peut-être bien que d’informer et d’éduquer les gens seraient moins payant à court terme pour un journal que de susciter des discussions de corde à linge à travers les commentaires des lecteurs, « haters » et trolls qui envahissent les blogues et chroniques des journaux sur le web. Pourtant, plusieurs lecteurs fuient ces espaces, ces blogues et ces chroniques qui deviennent plus souvent qu’autrement des lieux d’insultes et de « tournages en rond ».

à la Une

La série Canadiens-Nordiques de 1987 – le but d’Alain Côté était bon – réactions d’après-matchs

La série de la LNH entre le Canadien de Montréal et les Nordiques de Québec a pris une drôle de tournure après qu’un but controversé a été refusé à Alain Côté à un moment critique de la série. Vous y trouverez les réactions de l’après-match no 5 avec Normand Rochefort et l’entraîneur Michel Bergeron des Nordiques ainsi que de l’entraîneur du Canadien Jean Perron. Une autre entrevue figure aussi avec Claude Lemieux du Canadien après le 7e match gagné par le Canadien qui leur a permis de remporter également la série. Sur ces audios apparaissent le descripteur des matchs des Nordiques Alain Crête, l’analyste André Belisle que l’on surnommait M. B., ainsi que feu Marc Simoneau pour les entrevues.

Ces extraits selon moi permettent de remettre en perspective les faits saillants de cette série et surtout le point tournant de la série avec le but refusé à Alain Côté par l’arbitre du match no 5 Kerry Fraser. Elles permettent d’affirmer que le but d’Alain Côté était réellement bon.😉

Pour l’audio :

http://www.radioego.com/ego/listen/20205

à la Une

Télévision communautaire de Kamouraska : La Meute rate-t-elle sa cible ?

Ça fait deux fois que je remets la rédaction de ce billet. Et peut-être fort heureusement. Après la deuxième émission, j’avais presque jeté la serviette. Je trouvais que la Meute était très décevante. Dans l’article sur la présentation de l’émission dans la revue Rumeur du Loup de septembre dernier, on nous promettait de faire les choses différemment des médias traditionnels, d’être plus collé aux gens, à la communauté, d’être diversifié dans les propos et la réflexion. Sur papier, l’équipe présente un pedigree très intéressant, des gens de milieux quelque peu différents avec différents expériences de vie et de travail. Au final, du moins pour les trois premières émissions,  l’émission s’est enlisée dans un concept de chroniqueurs qui donnent leur opinion personnelle sur le thème abordé. Je mets de côté volontairement ici la partie culturelle qui remplit bien son mandat de parler culture et d’événements culturels dans le KRTB.

J’avais l’impression en regardant la meute d’entendre l’opinion personnelle  de gens qu’ils ont généralement de la politique, du droit de parole et des élections fédérales. Pour ce qui est de la troisième émission sur les élections fédérales, j’avais l’impression d’entendre des chroniques de Michel Hébert du Journal de Québec ou encore d’autres chroniqueurs d’autres médias traditionnels. Remarquez que je respecte le travail de Michel Hébert, mais c’était seulement pour vous illustrer à quel point j’avais une impression de redite en regardant la Meute. De plus, des problèmes techniques de microphone sont venus miner l’émission. Visiblement, le preneur de son a été très lent à réagir pour corriger le problème du micro du panéliste Sylvain Dionne dont on entendait ses commentaires en écho par le micro de Marie-Anne Rainville assise en face de lui. Heureusement qu’il a une voix portante. D’ailleurs, celui-ci ainsi que le chroniqueur Marc Fraser ont été les deux panélistes qui avaient chacun une expérience de travail la plus collée aux trois premiers thèmes abordés et qui sont venus sauver les meubles de l’émission plus d’une fois. Je ne dis pas cela parce que les autres panélistes ont été mauvais en soi. Je pense juste que j’aurais aimé avoir davantage leurs points de vue en rapport avec leurs expériences de vie ou de travail, ce qui nous aurait permis de poursuivre plus loin la réflexion et d’aller au cœur des préoccupations des gens. À ce sujet, j’aurais aimé avoir un animateur plus directif à certains moments, sortir des questions écrites sur sa feuille et poser des sous-questions pour amener certains panélistes peu habitués à la caméra et aux micros à parler davantage de l’implication des thèmes abordés en rapport avec leurs expériences personnelles de travail, de leur clientèle ou de ce qui les touche plus particulièrement.  Je dirais même pour l’animateur de se mettre à la place des spectateurs et spectatrices sur place ainsi que des téléspectateurs et téléspectatrices pour se demander ce qu’elles et ils veulent savoir et entendre.

Heureusement, pour la quatrième émission sur l’agriculture de proximité, on avait une panéliste, en l’occurrence Marie-Anne Rainville, qui a l’expérience de l’agriculture et du commerce artisanal. Elle a apporté plusieurs points très intéressants sur le sujet qui ont amené la réflexion là où on en s’attendait le moins. Je crois qu’il faut continuer sur cette lancée de la quatrième émission pour celles qui suivront. Il faut amener les panélistes à parler plus amplement de leur vécu personnel ou de leurs expériences de travail en lien avec le thème de l’émission.

Je vous mets ci-dessous les liens YouTube des quatre émissions de La Meute. Je vous invite à les regarder et à vous faire votre propre tête. Mais malgré mes commentaires ci-dessus, je crois que cette émission est digne d’intérêt. De toute façon, si ça avait été le contraire, je n’en aurais point discuté ici.

à la Une

La mort de Google + ?

google plus

Je vous parle de Google + parce que depuis ses débuts en fait, certains chroniqueurs web ne parlent que de sa mort. Plus tôt cette année, on a pu apercevoir une recrudescence d’articles portant là-dessus.  Mais qu’en est-il vraiment ?

Je vais vous avouer bien humblement que je n’aurais jamais fait un article sur le sujet si ça n’avait été de la réaction d’un contact de G+, un fana du réseau social qui en est venu à réfléchir lui-même là-dessus et à se questionner sur le réseau social et ses dirigeants. J’avoue que cela m’a, disons, amené moi aussi à me questionner au sujet du réseau. Et ce n’est pas l’apparition d’un nouveau logo pour Google et un autre pour Google + qui va changer quoi que ce soit. Je me questionne vraiment sur la direction que semble prendre G+.

Pour un réseau social supposément mort-né, qu’on annonce sa mort depuis trois ans, depuis ses débuts en fait, je me dis qu’il doit être au contraire vivant. Sinon, on en aurait parlé une fois et cela aurait été fini pour de bon. Mais pas pour G+. Par contre, je me dis qu’à force d’annoncer sa mort, ça dû faire fuir les moins curieux et à tout le moins limiter son expansion. Peut-être est-ce le but de ses détracteurs. Je vais vous avouer cependant qu’à la différence de Facebook et Twitter, Google + a une clientèle bien différente, avec des discussions plus variées et plus élaborées par ses utilisateurs. En ce qui me concerne, je ne trouve rien à redire là-dessus. Sur Facebook, on va jaser un peu et surtout ouairrer comme on dit, comme des voyeuristes de la vie des autres. Pas sur Google +.

Il y a cependant deux choses que je peux reprocher aux dirigeants du réseau social de Google. Je trouve d’abord, à l’instar de certaines personnes ou utilisateurs du réseau social, un peu déplorable la stratégie de ne rien faire du tout de la part des dirigeants de G+ devant le tumulte causé par tous ces articles négatifs annonçant sa mort. Je ne demandais pas de faire dans le « action-réaction » à tout crin mais peut-être de poser des gestes qui auraient démontré que le réseau est bien vivant, dans l’esthétisme du réseau comme dans de nouvelles fonctionnalités qui auraient amélioré l’expérience vécue en son sein. L’autre chose que je reproche à Google, et qui est relié selon moi au premier reproche, est que G+ ne se distincte pas bien de son principal rival, Facebook, justement dans l’expérience utilisateur et jusqu’à un certain point de son esthétisme aussi. La différence s’est faite naturellement des gens ne voulant plus rien savoir de Facebook et qui ont migré vers G+. Mais honnêtement, mis à part dans les politiques et dans certaines fonctionnalités, comme par exemple avec le principe des cercles plutôt que le principe des amis avec FB, l’expérience utilisateur est assez semblable. Combien d’utilisateurs de Facebook voulant essayer G+ se sont dit au bout du compte pourquoi vouloir migrer vers G+ alors que c’est essentiellement la même chose et que tous mes amis sont déjà sur FB ? C’est là où le bat blesse il me semble.

Je ne sais pas où va s’en aller G+ dans les prochaines années, mais je remarque une diminution depuis quelques temps du référencement de Google + sur mes blogues et je dirais même sur les consultations et les interactions des posts de mes profils sur le réseau. et ça, ça me questionne aussi.

à la Une

Radio-Acton : une radio communautaire authentique

Durant mes vacances en août dernier, j’ai eu une belle surprise radiophonique. Alors que je scannais à travers le spectre électromagnétique du MF, j’ai découvert la radio communautaire CFID d’Acton-Vale communément appelé Radio-Acton. Il s’agit d’une radio communautaire au sens le plus strict, une radio au service de sa communauté, le Grand Acton-Vale. Une radio qui parle de sa communauté pour sa communauté. Pas simplement une radio qui s’adresse à une tranche de la population, comme les rad comm de Québec par exemple. Je comprends que la population d’Acton-Vale est assez homogène toutefois.

J’écoutais cette station et si je ne savais pas qu’on était sur la bande MF, j’aurais crû aux petites stations d’antan au MA que je syntonisais avec ma radio portative. Il y avait Michel Morin qui animait une émission sur la culture, très intéressante au demeurant. Mais il y avait aussi Michel Morin dans les publicités, les indicatifs de la station aussi, bref Michel Morin l’homme à tout faire de la station. C’est la dure réalité des stations de radio de communauté, de composer avec des budgets restreints et de devoir demander de ses employés et bénévoles d’être polyvalents. Mais c’est aussi formateur pour ces derniers et le contenu de ses radios répond aux besoins des auditeurs. J’ai bien apprécié ces courts moments à écouter cette station et ça m’a rappelé des souvenirs du vieux « AM », des stations de Montmagny, Plessisville et Victoriaville, pour ne nommer que celles-là.

Historique

Depuis 2002, plusieurs personnes dont un visionnaire, M. Gaetan Chevanelle, et plusieurs organismes de la MRC d’Acton ont travaillé à l’implantation de notre station de radio communautaire.

Grâce au soutien financier du CLSC/CHSLD de la MRC d’Acton, de la SADC de la région d’Acton et de la SCARA, qui a assumé la gestion de la PHASE I du projet, il a été possible de sensibiliser les élus et les organismes de développement, de démontrer la nécessité d’un tel outil de communication pour le milieu ainsi que de procéder aux études de faisabilité qui se sont avérées concluantes. Cette étape a conduit à la constitution d’une corporation autonome à but non lucratif, Radio-Acton inc. en mai 2002.

RADIO-ACTON INC. est une entreprise de communication à but non lucratif, vouée à la promotion du milieu tant au niveau commerciale, culturelle et communautaire. C’est aussi un outil d’information et de diffusion des services et des activités sociales et récréatives de nos populations, contribuant au succès des activités des organismes de la région. MAIS C’EST AUSSI UN moyen de communication RAPIDE ET efficace en cas de situations d’urgence comme une CATASTROPHE NATURELLE OU ACCIDENTELLE, un BOULEVERSEMENT écologique, un déversement TOXIQUE ET SURTOUT… L’IMPRÉVISIBLE.

Radio-Acton inc. s’est vu attribuer, par Industrie Canada, les lettres d’appel CFID-FM et l’autorisation de diffuser à une puissance apparente rayonnée de 860 watts sur la fréquence 103,7 mégahertz.
En foi de quoi, le CRTC lui a octroyé un permis de radiodiffuseur communautaire jusqu’en 2018.

La RADIO RÉGIONALE, c’est l’instrument que toutes les organisations, qu’elles soient publiques, institutionnelles, commerciales ou industrielles, doivent se faire un devoir de soutenir… car elle appartient au milieu et est au service de TOUTE la communauté.

Un grand merci aux commerçants locaux qui ont cru au projet de Radio Acton, à tous les bénévoles et employés temporaires et étudiants et surtout à ses premiers employés: Gaetan Chevanelle, Bertrand Dupont et Sylvie Labonté.

Source : http://www.radio-acton.com/1037/?page_id=94

à la Une

La fin de Radio X

C’est une question que plusieurs commencent sûrement à se poser depuis quelques temps déjà. Est-ce la fin de Radio X ? Visiblement, à voir les défections et les mises à la porte à la station talk de Québec, une chose est sûre, c’est que ça brasse pas mal. Ce qu’il faut dire aussi c’est qu’un nouveau joueur s’installe depuis un an dans le même créneau et a été cherché les meilleurs éléments de CHOI : Mario Tremblay, Stéphane Dupont, Marto et probablement que s’ajoutera Jérôme Landry qui vient de démissionner en juin. NRJ a décidé d’aller chercher des ex des CHOI et de RadioX 2 qui bizarrement avaient tous vu leurs contrats non renouvelés ou carrément ont été mis à la porte. Ils ont bâti leur nouvelle équipe à partir d’un pilier, Jeff Fillion, un autre ex de CHOI. Mais tout ceci a été précédé d’une série de décisions plus ou moins discutables, du moins vues de l’extérieur, dans des circonstances tout aussi étranges. Pourtant, jusqu’à cet hiver, les sondages étaient très bons pour Radio X. Chez Radio X, propriété de RNC Média, on a décidé de faire du ménage dans l’équipe de rêve, celle qui malgré les tensions occasionnelles à l’interne faisait gagner. La goûte qui à mon avis a fait déborder le vase chez les auditeurs et qui a fait le plus mal à la station est le congédiement de Mario Tremblay tout juste avant les fêtes en 2014. Ce n’est pas simplement le congédiement d’un animateur apprécié des auditeurs qui a fait mal mais c’est de la façon dont on s’y est pris : congédiement rapide dans de drôles de circonstances par le directeur de la programmation et de plus, on passait des reprises de l’émission durant les fêtes mais on a supprimé le nom de l’animateur des indicatifs de l’émission. Ce fut le point tournant de la dégringolade de la station dans les sondages Numéris du printemps dernier. Non seulement, les fans de Stéphane Dupont et de Marto ont changé d’antenne mais en plus on s’est royalement moqués des auditeurs et de l’ex animateur Mario Tremblay avec des entourloupettes étranges en ondes.

À CHOI, on veut changer d’image véritablement avec les derniers départs. Et avec les sondages très décevants du printemps derniers, même les matiniers y goûtent. Jérôme Landry se serait fait proposer un autre projet à la station mais aurait refusé et a démissionné tandis que Denis Gravel va occuper une autre case horaire. J’ai l’impression qu’on commence à se chercher royalement à Radio X, peut-être en partie parce que NRJ a décidé de faire du talk mais sûrement aussi parce qu’on voulait se débarrasser de certains problèmes/individus qui ne plaisaient pas au directeur des programmes. Mais il n’y a pas qu’à CHOI qu’on se cherche. À Montréal, la station qui a passé de Planète Jazz, à Radio X Montréal, à Radio 9 et bientôt Radio Sport se cherche une identité depuis 3 ou 4 ans.

Radio X, Radio 9 ???

RNC Média a créé il y a presque 11 ans la station qui est devenue Couleur Jazz à Montréal et a décidé de changer sa vocation il y a 3 ans pour en faire une Radio X. Avec le recul, je me demande comment se fait-il que Patrice Demers, qui a vendu l’idée à la direction de RNC, a pensé que ce serait une idée qui marcherait que de faire du talk avec le branding Radio X à Montréal, dans un marché où l’on déteste la radio dite poubelle, dont le branding Radio X a été détesté par à peu près tout le monde à Montréal et où l’on écoute des stations animées souvent pour ne pas dire presque tout le temps par des vedettes de la télé et du milieu artistique. Déjà là, on était au compte de deux prises et la troisième s’en venait à vive allure. Après deux ans et des résultats décevants, on tire la plogue et on change de format pour appeler la station Radio 9. On y engage des vedettes pour animer, dont entre autres Josélito Michaud. Cette semaine, moins d’un an après le virage vedettes, on congédie tous les animateurs et on annonce le virage de la station pour une vocation sportive. On n’a pas laissé le temps d’habituer les gens au virage vedettes qu’on tire la plogue à nouveau. Ça sent l’improvisation à plein nez, tout ça guidé visiblement par la volonté de résultats très rapides.

Je ne sais pas où s’en va RNC Média avec ces deux stations. On cherche beaucoup mais on n’a pas encore trouvé. Mais une chose est sûre, c’est que Radio X telle qu’on l’a connue, c’est bel et bien fini. Plusieurs s’en réjouiront sans doute.

à la Une

BBM/Numéris printemps 2015 publiés demain

Les sondages Numéris autrefois appelés BBM pour la radio hors Montréal pour le printemps 2015 vont être publiés demain. Vous pourrez suivre les résultats dès que je serai en mesure de les mettre. Malheureusement, il est fort possible que ce ne soit pas demain pour ma part pour une raison hors de mon contrôle. Je tenterai de les mettre demain en milieu d’après-midi mais il est fort possible que je ne puisse pas le faire.

à la Une

Mario Tremblay de retour à la radio à NRJ 98,9

Mario Tremblay nous informe sur sa page Facebook qu’il sera de retour à la radio à l’animation pour la station NRJ 98,9 à Québec à partir du 22 juin 2015. Il sera le nouveau matinier de la station pour l’été du moins… Un autre ex-radio X maintenant à NRJ, après Jeff Fillion, Stéphane Dupont et Marto Napoli…

Je vous avais dit que je vous tiendrai au courant ici alors…
Voilà donc le moment où je peux finalement répondre à LA question que j’ai lue et entendue si souvent au cours des derniers mois!

Depuis décembre dernier vous avez été très nombreux et nombreuses, d’abord à me faire connaître votre déception suite à mon départ « Précipité » des ondes et à m’écrire de bons commentaires sur le travail des 5 dernières années (Merci encore) mais surtout, à me poser très souvent la question à savoir à quel moment et à quel endroit je serais de retour au micro.

Après un très difficile exercice de retenue de plusieurs semaines, je suis donc très heureux d’annoncer que je serais de retour au micro le lundi 22 juin 6h00 sur….NRJ 98,9!

Pour une 5e année consécutive je passerai donc mon été au micro le matin mais à une nouvelle adresse…NRJ 98,9 Québec!

à la Une

La meilleure poutine au Québec, partie 10 : Buffet Bardy, prise 2

image

Chose promise, chose due. J’ai été (enfin) faire un tour au Buffet Bardy à la suite d’une suggestion d’une lectrice.

Buffet Bardy

Adresse : 2790 Avenue Maufils, Québec, QC G1J 4L3

Téléphone :(418) 663-7640

Ça faisait presque un an que je me promettais d’y retourner. Donc, ce soir d’avril 2015, je me suis décidé enfin à y aller. Le Buffet Bardy est un comptoir casse-croûte du secteur Limoilou et est réputé pour ses frites et son pain à la viande. Durant la belle saison, il y a possibilité de manger sur place sur une terrasse aménagée à cette fin.

Pour ce qui est de la poutine, j’ai décidé de tester la poutine traditionnelle. Les frites sont d’une belle grosseur, je dirais même bonne grosseur, parmi les plus grosses que j’ai pu goûter jusqu’à maintenant. Elles sont dorées et juste assez croustillantes. Elles sont aussi relativement goûteuses et d’un goût plutôt unique. Je ne sais pas quelle huile ni quelle sorte de pommes de terres ils utilisent mais une chose est certaine, c’est que ça ne goûtait pas la patate congelée. Pour la sauce, elle est correcte et convenable mais je n’ai pas été impressionné outre mesure. Le fromage, quant à lui, était frais. Ce que ça donne au final, c’est une poutine agréable et bien équilibrée. C’est un endroit que je recommanderais. Par contre, il faut prévoir payer en argent comptant seulement.

à la Une

L’état de la radio, de la télévision et des journaux au Québec

Quatre ans sont passés depuis la métamorphose du forum Radio Monde en format blogue. Le monde de la radio, de la télévision et des journaux a changé beaucoup également. Mais qu’en est-il vraiment ?

La vente de copie papier des journaux abaissé dramatiquement depuis quelques années déjà. Avec la publication sur internet de ces mêmes journaux, on a été à même d’observer des changements d’habitude chez les lecteurs qui ont de plus en plus tendance à privilégier la mouture web, accessible de partout, en autant que l’on ait un appareil et une connexion internet. Cependant, il faut que ça rapporte, ce qui a amené certains joueurs du monde des journaux à repenser leur approche web. La Presse a lancé il y a quelques temps déjà l’application La Presse plus, dans un premier temps sur plate-forme Apple et plus tard sur plate-forme Androïd. Il faut beaucoup de sous pour investir dans le développement d’une telle initiative. Toutefois, on nous annonce il y a quelques jours que l’application qui est gratuite n’est pas rentable. Il semble que la publicité ne rapporte pas suffisamment. L’avenir de l’application dans sa mouture actuelle semble de plus en plus compromise. De son côté, Québécor a lancé il y quelques mois son application J5 qui permet de visionner 5 nouvelles du jour et 5 blogues disponibles pour le Journal de Montréal et le Journal de Québec, selon les préférences des utilisateurs. L’avenir nous dira si l’opération sera profitable.

Du côté de la télévision, ce n’est guère mieux. Radio-Canada vient encore d’annoncer de nombreuses coupures, à la maison-mère et dans les régions. On sabre présentement dans les productions à Montréal. Du côté de V, on sabre aussi dans les productions maison pour les donner à des producteurs indépendants. Son pendant musical, Musique Plus s’est vu arrêté toute production maison. On va acheter plus de séries de l’extérieur et on va confier à des producteurs indépendants le reste de la programmation. À TVA, la situation est au beau fixe. Cependant, il est à se demander si la qualité de la programmation est au rendez-vous. Mais j’imagine que c’est une question de goût aussi. Je passe mon tour là-dessus. Du côté anglophone, la CBC se voit également l’objet de nombreuses coupures, tout comme son pendant francophone. De son côté, Sun News a tiré sur la plogue récemment tandis que CTV et Global maintiennent le bateau à flot sans plus.

Pour ce qui est de l’état de la radio, je crois qu’elle est dans une période de transition. C’est probablement le medium des trois qui est le plus en santé, probablement pour son aspect de proximité. Les propriétaires, pour plusieurs d’entre eux engrangent des profits records. Mais, le visage de la radio a considérablement changé. D’abord, la bande AM serait complètement désert si ce n’était que de quelques radios communautaires à Montréal et une radio de service qui diffusent encore sur cette bande. CHRC 800 a cessé d’émettre en septembre 2012. La radio musicale semble en mauvaise passe, en faveur de la radio parlée. Parlons-en de cette radio parlée quia la cote en ce moment. Montréal est un marché particulier et la radio d’opinions n’a pas la cote. Radio X Montréal a cessé ses activés après deux ans de tentatives peu fructueuses. Dans les autres régions du Québec, il semble y avoir un certain équilibre dans l’offre. Sauf à Québec, où la radio d’opinions est reine. Il y a les deux traditionnelles stations de radio parlée, le FM 93 et Radio X à laquelle s’est ajoutée NRJ 98,9 qui vient de se payer quelques vedettes de la radio d’opinions. Mais je remarque que la formule commence à tourner royalement en rond. Le style ne se renouvelle pas. C’est bien beau vouloir importer la discussion de salon ou de cuisine en ondes, il ne faut pas uniquement être à la remorque des nouvelles pour offrir quelque chose de différent. Il faut offrir un angle différent ou même plusieurs. À la place, on offre toujours les mêmes angles stéréotypés. Récemment, Denis Gravel fêtait ses dix ans à la barre du Show du Matin, à Radio X. La formule ou les angles de points de vue n’ont pas changé durant tout ce temps. C’est encore pire au FM 93 avec l’animateur du matin Sylvain Bouchard, un animateur qui après tout ce temps à son émission donne encore l’impression d’un animateur phoney et qui a l’air d’une poule qu’on veut égorger à chaque fois qu’il s’indigne. Il n’y a qu’à la Première chaîne de Radio-Canada, avec Claude Bernatchez, qui nous sert un style différent. Il y eu enfin, plus récemment, un animateur de CHOI Radio X, Mario Tremblay, qui offrait un style d’animation quelque peu différent et qu’on a mis sur le siège éjectable pour des raisons plus ou moins nébuleuses. Il ne faut pas oublier les efforts mis par les artisans et les dirigeants des radios communautaires au Québec et dans le Canada francophone pour offrir un produit qui correspond aux besoins et aux goûts de leurs communautés. La réalité financière de ces radios n’est cependant pas toujours évidente. La radio à Québec ou ailleurs en province vient de moins en moins me chercher et pour toutes ses raisons énumérées ci-dessus, je m’y intéresse de moins en moins. Je ne l’écoute presque plus en fait.

 

Le chant du cygne pour le blogue Radio Monde

Ce constat de l’état de la radio et des médias en général m’amène à réfléchir sur la pertinence du présent blogue. Ou davantage sur ma motivation à l’entretenir. Je n’écoute plus la radio ou presque plus. Je trouve qu’elle est rendue trop prévisible et vide. Je trouve que les dirigeants de ces stations de radio manquent d’audace, d’imagination pour nous offrir des émissions intéressantes et pertinentes. Même chose pour la télé. Pour ce qui est des journaux, c’est une industrie en mutation et en transition. Devant ce constat, je ne suis plus en mesure de vous offrir un produit qui reflète la passion que j’ai ou peut-être bien que j’avais pour les médias et la radio en particulier. Donc, en conséquence, je crois que je dois mettre un terme à l’aventure du blogue Radio Monde d’ici le mois de juin 2015. Je vais laisser se passer les résultats BBM pour le printemps 2015 et ensuite je tire ma révérence. Je commenterai sûrement encore de temps à autre d’une manière ou d’une autre sur les réseaux sociaux tels que Google +.

 

C’est ainsi que je vous dit au revoir et merci de m’avoir lu si fidèlement durant ces 4 dernières années.

à la Une

Radio-Canada verra une centaine de postes additionnels abolis

Les régions y goûtent pas mal dans la nouvelle annonce d’abolition d’une centaine de postes à Radio-Canada.

Plusieurs stations régionales sont touchées, particulièrement celles de Moncton, qui perd 10 postes, et de Saguenay, qui en perd quatre. Autour de 10 postes sont abolis chez ICI Musique, notamment pour la captation de concerts classiques. À CBC Montreal, une dizaine de postes sont supprimés. À Montréal, une trentaine de postes sont abolis, dans les secteurs des finances, de l’information et des services numériques.

AJOUT: Ceux qui se réjouissent ici de voir des gens perdre leur emploi, il faut bien que quelqu’un vous le dise: vous n’avez tellement pas de classe.

Article complet : http://blogues.lapresse.ca/therrien/2015/03/26/une-centaine-de-postes-abolis-a-radio-canada/

à la Une

Feminists Against Vaccination fait un rapprochement très douteux entre la vaccination et l’addiction à l’héroïne

Dans la vie, je me dis que tout est une question d’équilibre. On peut se permettre de poser des questions à qui que ce soit. On ne doit pas donner l’absolution inconditionnelle à qui que ce soit. Mais il faut pas exagérer d’une autre côté et verser dans la plus pure démagogie.

Feminists Against Vaccination est, comme son nom l’indique, constitué de féministes contre le principe de la vaccination pour contrer les maladies et les épidémies. Nous pouvons questionner les procédures de fabrication des vaccins à travers le monde, l’intérêt des compagnies pharmaceutiques à fabriquer ces vaccins et bien d’autres choses concernant cette industrie. Mais ici, dans cette publicité (ou cette propagande ; appelez cela comme bon vous le semble), FAV fait un rapprochement que je qualifierais de très douteux, voire même insensé, d’associer la vaccination à la forte prévalence d’addiction future aux drogues et en particulier de l’héroïne. On y mentionne dans cette annonce que des études établissent des corrélations entre les deux phénomènes. Quelles études ? Quelles étaient les protocoles ? Qui a commandé ces études ? Quand je vois ce genre de tactique digne de la plus pure démagogie pour donner dans la peurologie extrême, je ne peux m’empêcher de vomir sur ce genre de désinformation évidente. Ça me fait penser à cette autre publicité d’un autre groupe activiste qui disait que fumer du pot rend gay. Merci à Lise Ravary pour nous avoir aiguillé sur cette pub. Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

11044618_1675330549360870_5199910989538201784_n

 

Marijuana+makes+you+gay+apparently+found+it+on+facebook_d1d542_5176069

à la Une

Les dix ans de Denis Gravel comme matinier à Radio X

Celui qui a remplacé à pied levé Jeff Fillion lors de son congédiement en mars 2005, Denis Gravel, fête ses dix ans aujourd’hui comme matinier (morning-man) à CHOI Radio X. Celui-ci affirme dans l’article qui suit qu’il ne pensait pas à relever le défi à la barre du Show du Matin et que certains ne lui donnaient pas six mois. Moi non plus je ne pensais pas qu’il allait durer dix ans😉 . Je l’ai toujours préféré dans la formule du midi, Le Char de Hits. Mais je le préfère encore au Lâ-lâ phoney de Sylvain Bouchard au FM 93, qui lui aussi va fêter ses dix ans de matinier à cette même station. Claude Bernatchez va également fêter ses dix ans de matinier à la Première chaîne de Radio-Canada. Visiblement, en 2005, il y a eu une vague de nouveaux matiniers qui allaient perdurer dans le temps dans les stations de radio de Québec.

«Je voulais tout faire sauf ça.»
C’était le siège que personne ne voulait», a-t-il ajouté, en entrevue au Journal, en précisant que l’ancien directeur de la programmation Patrice Demers, lui a proposé le siège à «trois ou quatre reprises» avant qu’il ne l’accepte.
Parmi les évènements les plus marquants de la dernière décennie, l’animateur évoque l’épopée de la Nordique Nation, en 2010. «Ç’a été une belle initiative positive, qui n’était pas vraiment la marque de commerce de la station, mais on se sentait soufflé par l’engouement des auditeurs», se rappelle le morning man.
Denis Gravel coanime «le show du matin» avec Jérôme Landry depuis maintenant 6 ans. Ils sont accompagnés Vincent Cauchon aux sports et de Véronique Bergeron aux arts et spectacles.
Quasi omniprésentes dans le marché radiophonique de Québec, les radios d’opinion se livrent une féroce bataille dans la région. Ainsi, même s’il s’agit d’un fait rare dans ce domaine précaire pour les artisans, d’autres animateurs se démarquent par leur longévité sur les ondes de Québec. Certains d’entre eux célèbreront aussi une décennie derrière le micro d’une même émission, au cours des prochaines semaines:
  • Claude Bernatchez : animateur de Première heure, sur les ondes de la Première chaine de Radio-Canada (106,3), depuis août 2005
  • Sylvain Bouchard : animateur de Bouchard en parle, sur les ondes du FM93 (93,3) depuis mai 2005

Article complet : http://www.journaldequebec.com/2015/03/20/denis-gravel-devait-vivoter-6-mois-il-fete-aujourdhui-ses-10-ans-au-show-du-matin

à la Une

Les Québécois et l’imitation de Sophia Aram

J’appellerais cela un scandale à 5 sous que celui suscité par l’imitation d’un personnage à l’accent « québécois » de l’humoriste Sophia Aram sur France Inter à l’émission 7/9.

Numéro intitulé Âge tendre et langue de bois, il traite entre autres des différences dans la langue parlée française au Québec versus en France. Cette imitation n’est pas mauvaise en soi quoique j’y ai vu un voyage à travers différentes régions du Québec, de même qu’en Acadie et en Ontario. Bon, les blagues surfaites au demeurant n’étaient pas particulièrement drôles. Mais j’imagine que les blagues de pain baguette sous le bras et de brie douteux envers les Français ne font pas rire ces derniers. Tout le monde sur la plateau riait des blagues de l’humoriste sauf un invité, Danny Laferrière, l’écrivain bien connu au Québec et en France. Ce dernier n’a pas « pété de coches » quand même pour si peu.

Il y a cependant au Québec des gens qui, soit se prennent trop au sérieux, soit manquent de confiance envers leur identité culturelle, et qui ont été insulté par cette imitation. Il y a même Marie-France Bazzo, l’animatrice télé à Télé-Québec et animatrice radio à Radio-Canada, qui a visiblement mal pris la chose et s’est énervée sur Twitter. L’humoriste Aram a répliqué en traitant Bazzo « d’épaisse » .  Je trouve que cette histoire a quelque peu dégénéré sur la toile au point où je me demande si les Québécois sont capables d’auto-dérision autrement que par l’humoriste Sugar Sammy. Comme écrivait la blogueuse du Journal de Québec Sophie Durocher, il s’agit d’une tempête dans un verre d’eau.

à la Une

Les frasques de Joël Legendre

C’est sorti hier alors que le Journal de Québec nous informait que l’animateur et comédien Joël Legendre, après avoir simplement nier l’affaire, avouait qu’il s’était fait arrêter en septembre passé pour avoir pisser en public dans le parc Marie-Victorin de Longueuil, lequel était à ce moment ciblé par les policiers de l’agglomération de Longueuil pour des activités sexuelles ou des obscénités. Il avait été en conséquence condamné à payer une contravention de 438 $ pour obscénité ou indécence. Jusque là, je trouvais que le travail du journaliste du JdeQ avait été de faire une grosse histoire avec presque rien.

Toujours dans le Journal de Québec, nous apprenons aujourd’hui qu’en fait aucune contravention pour avoir pissé en public à Longueuil n’a été distribuée en 2014, selon le procureur de l’agglomération. Des recherches plus approfondies du journaliste du quotidien l’ont amené à trouver que Legendre s’était fait plutôt pogné à se masturber et à faire de la sollicitation auprès d’un autre individu qui était en fait un policier en civil attitré à l’opération :

De plus, une enquête menée par Le Journal depuis lundi a permis de démontrer que le policier en mission d’infiltration s’est approché d’un homme se touchant les parties génitales par-dessus son pantalon.

Masturbation et flirt

À l’approche du policier en civil, alors qu’ils se trouvaient à environ une dizaine de pieds l’un de l’autre, le contrevenant aurait sorti son pénis de son pantalon et se serait masturbé devant l’agent, selon nos informations.

M. Legendre aurait ensuite initié un flirt sans équivoque avec le policier, lui indiquant qu’il le trouvait à son goût, a-t-on appris. C’est à ce moment que le policier s’est identifié et a interpellé Joël Legendre.

Ce dernier s’est assuré que le policier savait bel et bien qui il était, mettant ainsi à profit le fait qu’il est une personnalité connue.

Ces informations ont d’ailleurs été consignées dans un document officiel.

À Longueuil, le montant de l’amende grimpe en fonction de la gravité de l’infraction. Me Gauthier refuse de donner les détails de l’infraction commise par M. Legendre, mais confirme qu’avec son billet de 438 $, M. Legendre a obtenu plus que l’amende minimale de 100 $.

Article complet : http://www.journaldequebec.com/2015/03/12/aucun-ticket-pour-avoir-urine-au-parc-marie-victorin-en-2014

 

Par ailleurs, sûrement pour éviter les questionnements, Joël Legendre ne s’est pas présenté ce matin à son émission matinale au 107,3 Rouge FM Montréal.

 

La fin de sa carrière ?

Joël Legendre a toujours soigné son image à la télévision comme à la radio. Il paraît parfait. Il évite les controverses dans sa vie privée. Il a milité pour des causes concernant les homosexuels. Dans la cause concernée, il se fait prendre à commettre des actes indécents illégaux et tente de se servir de sa notoriété pour se soustraire à la contravention. Je me demande alors si la carrière de Joël Legendre est compromise. Si elle ne l’est pas, sa carrière sera sûrement sérieusement amochée. Qui voudra maintenant s’associer à une personnalité qui semblait laver plus blanc que blanc et qui commet de tels actes ? de plus, cette nouvelle va sûrement renforcer les préjugés envers les homosexuels, en particulier les gays. Qui va vouloir appuyer Legendre dans ses causes en faveur des homosexuels ? Enfin, ses employeurs à la télé et à la radio, vont-ils reconduire les contrats de Legendre ou voudront-ils ne pas donner l’impression de le supporter dans cette épreuve ? Beaucoup de questions dont nous aurons des réponses bientôt. Et vous, qu’en pensez-vous ?

à la Une

Le retour de André Arthur en politique canadienne ?

Le Journal de Québec fait paraître un article ce matin sur un retour éventuel en politique de l’ancien animateur de radio et ancien député indépendant de Portneuf André Arthur. Des discussions ont eu lieu entre lui et le député conservateur Denis Lebel. Je ne sais pas ce que André Arthur pourrait apporter réellement aux électeurs de Portneuf-Jacques-Cartier, même avec le parti Conservateur. Le journaliste Pierre-Olivier Fortin fait une entrevue avec le célèbre moustachu.

André Arthur ne ferme pas la porte à un retour en politique fédérale pour les élections du 19 octobre 2015, possiblement avec l’équipe de Stephen Harper.

Interrogé à ce sujet par LeJournal, lundi matin, le principal intéressé souligne d’entrée de jeu qu’il discute avec le Parti conservateur du Canada. «M. [Denis] Lebel n’a jamais caché qu’on se parle régulièrement, on parle de politique, on parle de Portneuf.»

Mais les jeux ne sont pas faits. «À ma connaissance, je n’ai jamais dit oui!» rappelle celui qui a régné en maître sur la radio de Québec pendant des années.

Ceux qui auraient envie de parier sur son retour en politique devraient s’assurer de gagner gros, suggère-t-il. «Ne faites rien à moins de 50 contre 1!» rigole l’ex-député de Portneuf en évaluant les chances qu’il se présente au même ratio: 1 sur 50.

Au téléphone, on sent l’homme enthousiaste, mais hésitant à la fois. Ce qui pèse dans la balance? «Le fait que je ne suis pas jeune. La vieillesse, ce n’est pas pour les moumounes!»

André Arthur, 71 ans, a combattu un cancer de la prostate il y a quelques années, mais assure aujourd’hui que sa santé va bien. «J’ai de l’énergie, j’essaie de me rendre utile», lance-t-il.

André Arthur a conduit des autocars pendant 22 ans, «les 20 premières comme passe-temps, les deux dernières comme semi-retraité», explique-t-il, mais a tiré sa révérence en janvier.

Il se cherche un travail de chauffeur. «Si vous entendez quelqu’un qui se cherche un chauffeur privé…». Le Journal lui a indiqué que UberX recrute justement des chauffeurs… Mais M. Arthur n’a pas envie de «faire la guerre» aux agents du contrôle routier, dit-il.

André Arthur a été élu deux fois comme député fédéral indépendant dans la circonscription de Portneuf. Il n’a jamais caché sa sympathie pour les idées du Parti conservateur, une sympathie réciproque exprimée par de nombreux appuis conservateurs à sa candidature et par le fait que le parti de Stephen Harper ne lui a pas opposé de candidat aux élections de 2008 et de 2011.

Cette dernière fois, par contre, cela n’a pas suffi. Il a été défait par la néodémocrate Élaine Michaud et la vague orange qui avait déferlé sur le Québec.

Source : http://www.journaldequebec.com/2015/03/09/andre-arthur-candidat-conservateur

à la Une

Les commentaires sur Facebook et le papier de toilette Kirkland

Si on remarque souvent les commentaires violents ou irrespectueux dans les réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter, parfois on remarque également que certains débats ou commentaires sur ces mêmes réseaux sociaux mettent un sourire au visage de par l’objet même de ces débats. Ici, je vous transpose deux extraits de commentaires provenant du site Trucs et bricolage. Sur ce site, un article porte sur 5 items que l’on ne devrait pas acheter dans les grandes surfaces et 6 autres que l’on devrait acheter chez Costco. Les commentaires Facebook intégrés au site pratico-pratique dérapent rapidement sur un débat portant sur la qualité du papier de toilette Kirkland (Costco). Certains commentaires sont assez amusants à lire. Mais on se rend compte malheureusement qu’il est possible d’avoir un gros débat sur un sujet aussi futile que la qualité d’un papier de toilette. Cliquez pour agrandir les captures d’écran. Et bon amusement.

 

Capture du 2015-03-09 12:41:23

Capture du 2015-03-09 12:42:17

à la Une

Le retour de Mario Tremblay à la radio ?

Hier, sur sa page Facebook, Mario Tremblay, ex-animateur du Show Tard à CHOI-FM, répond à la question la plus fréquente de ses fans, c’est-à-dire où et quand il sera de retour derrière un micro :

Oyé oyé!

Voici LA réponse à LA question qui revient très souvent sur cette page et via vos messages.
Vous êtes effectivement nombreux et nombreuses à me demander régulièrement quand et où je serais de retour en ondes. Comme je suis maintenant fixé sur au moins une évidence et que j’ai promis de vous tenir au courant, je pense que je me dois de vous répondre sur ce que je sais à ce moment-ci, pour vous donner une réponse mais aussi pour éviter des interprétations à la suite d’un simple changement de photos de profil🙂

La radio de Québec est depuis aujourd’hui dans une période de sondage de 2 mois, période durant laquelle aucun changement n’est effectué en ondes, par simple déduction je peux donc vous dire que je ne serais pas de retour en ondes sur une radio de Québec pour les 2 prochains mois au moins.
Ceci dit, rien ne garanti non plus que je serai en ondes après cette période…
Bref, Je peux vous répondre pour le moment présent mais pas pour mai, juin, juillet……
Merci encore une fois pour tous vos messages, si je suis en mesure de vous annoncez quoique qui me concerne, je le ferais dès que possible.
Pour l’instant, mon lieu de travail est mon studio/bureau qui était déjà le lieu où j’effectuais 75% de mon travail depuis 5 ans!

La question en ce qui me concerne est : sera-t-il derrière un micro un jour dans une radio commerciale ou encore sur une station internet ? Selon ce que je comprends de son message, il n’y aurait pas eu de clauses de non-maraudage dans son contrat pendant une période de temps. Également, il semble que selon ce qui précède, il ne pourrait être en ondes à Québec avant l’été prochain dans le meilleur des cas.

Une autre question que je me pose est : y’a-t-il une autre station de radio à Québec qui est intéressé à avoir Mario Tremblay dans son alignement. NRJ pourrait laisser une place à une émission comme celle de Tremblay dans sa programmation. Ce serait logique avec les récentes acquisitions de CHIK 98,9 (NRJ). Le FM93 ? Pas sûr, à moins de changer un peu la durée de l’émission et de lui trouver un trou dans la programmation. Peut-être une autre station qui voudra faire un peu de place à du talk dans sa programmation.

Enfin, l’autre question qui me chicote est de savoir s’il y a quelqu’un qui veut engager Mario Tremblay pour faire de la radio, à Québec ou ailleurs dans d’autres marchés. Comprenez-moi bien. Je souhaite sincèrement à ce que Mario Tremblay retrouve un micro. Mais de dire en ondes que tu cherches d’autres projets et de laisser sous-entendre que tu veux arrêter ton émission en cours, il me semble que ça se fait pas. Tu règles ce genre de problèmes avec les personnes concernées dans ta boîte. Mario Tremblay a selon moi contribué à son malheur en affirmant ce genre de chose en ondes l’automne dernier. C’est bien beau être entier, il y a des choses qui ne se règlent pas en ondes. Une maudite manie que certains animateurs de talk ont en ondes ces années-ci. Est-ce que cette bévue peut mettre un frein à sa carrière ou encore mettre certaines barrières ? L’avenir nous le dira.

à la Une

Entrevue d’anthologie entre Anne-Marie Dusseault et Adil Charkaoui à l’émission 24/60

Anne-Marie Dusseault animatrice de l’émission 24/60 à Radio-Canada mène une entrevue assez serrée avec son invité l’imam, enseignant et pédagogue Adil Charkaoui. Ce dernier avait répondu plus tôt aux allégations à son égard et à la suspension par les collèges de Rosemont et de Maisonneuve de contrats de location avec l’École des compagnons. Dans cette entrevue, Charkaoui se pose en victime et se sent menacé. Il aurait été tellement plus simple de répondre aux questions et de faire démonstration de responsabilité plutôt que d’y aller de détours, de détournements de sujets et d’accuser les médias d’islamophobie alors que ceux-ci ne font que lui poser des questions. Regardez-lui la mine à la fin de l’entrevue combien il se sentait exaspéré. Répondre simplement et clairement aux questions lui aurait évité tous ces désagréments. Visiblement, ce n’est pas clair dans sa tête. Y’a-t-il anguille sous roche ?

Voici l’entrevue en question. Je vous laisse en juger.