TVA Québec déménage : un moment historique

La station de la rue Myrand à Sainte-Foy, CFCM-DT, ou si vous aimez mieux TVA Québec, va connaître un moment historique en mars 2016 car ses bureaux déménageront dans l’édifice adjacent au nouvel amphithéâtre, l’ancien Salon de Jeux de Loto-Québec. Richard Therrien du Soleil évoquait déjà cette possibilité dès octobre dernier dans son article. Ça va être tout un changement pour la toute première station de télévision privée francophone en Amérique du Nord qui était située sur la rue Myrand/Saint-Jean de Bosco depuis ses tout débuts en juillet 1954.

La station de TVA à Québec changera de toit pour aller s’installer près du tout nouvel amphithéâtre.

Elle quitte ses bureaux de l’avenue Myrand, dans Sainte-Foy, pour s’établir dans l’édifice adjacent à l’amphithéâtre. C’est une page d’histoire qui se tourne pour la station de télévision, puisqu’elle avait fêté ses 60 ans sur l’avenue Myrand l’année dernière.

Le déménagement aura lieu dans un an, à la fin mars 2016, et l’immeuble actuel sera mis en vente.

«Les secteurs de la production, les Nouvelles et les Sports seront localisés dans l’édifice adjacent à l’amphithéâtre de Québec. Cet emplacement est tout à fait approprié pour les besoins techniques et de modernisation nécessaires à la production», a expliqué la directrice générale de la station, Nathalie Langevin, dans une note qu’elle a fait parvenir aux employés mercredi matin.

Suite : http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/quebec/archives/2015/02/20150204-113815.html

Quelques images depuis 1954 jusqu’à aujourd’hui.

0 (1) 0 915242-direction-tva-ne-donne-pas cfcm CFCM_1 fil_d_10_800x600

Merci à Radiolaire pour la photo et l’extrait l’accompagnant.

Extrait de « La Semaine à Radio-Canada » du 2 au 8 octobre 1955:

Les programmes-questionnaires sont au tableau d’honneur cette semaine. En plus de ceux qui sont déjà inscrits à l’horaire, on peut compter depuis deux semaines « Le Fil d’Ariane », un populaire programme de Québec (note: le premier programme en provenance de Québec) qui passe désormais, en direct, à CBFT (note: Montréal) et CBOFT (note: Ottawa). La formule du Fil d’Ariane s’inspire un peu du célèbre programme américain, « Twenty Questions ». Le meneur de jeu est Gérard Fecteau, journaliste de Québec. Les participants sont Mme Viviane Gadbois, Paul-André Laberge, professeur agrégé à la Faculté des Arts et Richard Joly, psychologue attaché à l’École d’orientation professionnelle de l’Université Laval. Le Fil d’Ariane est télédiffusé tous les jeudis soirs à 8 heures (note: et est réalisé par Charlotte Fortin).

Gronigovol2 hqdefault (1) hqdefault (2) hqdefault (3) hqdefault (4) hqdefault images photo1954

Quelques photos de l’animatrice Nicole Boulanger

Photos avec description détaillée…

http://www.facebook.com/album.php?aid=7852&id=100000712510197&ref=mf

50 ans de télévision à Québec
18/06/2004
TVA-Québec lance cette semaine les festivités entourant cet anniversaire
Le Soleil

C’était le 17 juillet 1954, un samedi soir, à 19 h. Les curieux s’étaient massés devant les vitrines des grands magasins des rues Saint-Jean et Saint-Joseph pour voir apparaître les premières images en noir et blanc de la toute nouvelle station de Québec, CFCM, Télé-4.

Àl’heure prévue, hélas, c’est le black out ! Le public, fébrile, n’a droit qu’à des images floues, des lignes et de la neige, en plein été. C’est ça, la télévision ? Heureusement, peu à peu, la mezzo-soprano Patricia Poitras et le pianiste Guy Bourassa apparaissent enfin, bien en chair, dans un récital commandité par la compagnie Paquet Ltée. La première chaîne de télévision francophone privée au pays était née.

Cinquante ans plus tard, TVA-Québec lancera mardi les festivités estivales soulignant cet anniversaire. Une belle occasion pour LE SOLEIL de jeter un regard sur un demi-siècle de télévision dans la capitale, et sur les défis qui l’attendent, en cette époque où la production locale n’a plus l’ampleur qu’elle a longtemps eue.

À ses débuts, Télé-4 appartenait à Famous Players, qui avait investi 2 millions $ dans le projet, et à un groupe d’hommes d’affaires de Québec. Avec 50 000 $ à peine, on a construit l’édifice de la rue Saint-Jean-Bosco, devenue Myrand, à Sainte-Foy, où se trouve toujours TVA-Québec. Outre la présentation d’émissions locales, la station s’approvisionnait d’émissions de Radio-Canada, réseau auquel elle était d’abord affiliée. Et durant les deux premières années, la programmation de Télé-4 était à 20 % anglophone, jusqu’à l’ouverture de CKMI. La programmation ouvrait à 18 h pour se conclure à 23 h. Télé-4 ne disposait que d’un seul studio et de deux caméras.

Les lois ayant tranché qu’une entreprise de communication québécoise ne pouvait appartenir à des intérêts américains, la célèbre famille Pouliot entreprend d’acquérir Télé-4. Jean Pouliot en deviendra le directeur général en 1957. Le même homme lancera Télévision Quatre Saisons en 1986.

Étudiante au Conservatoire d’art dramatique, Renée Hudon est arrivée à CFCM en octobre 1961, alors qu’elle n’avait que 19 ans. Trop jeune pour animer l’émission pour enfants pour laquelle elle venait auditionner, elle a finalement hérité d’un magazine intitulé Fémini-thé. « Aujourd’hui, le titre se serait fait descendre par tous les mouvements féministes ! » dit-elle en riant. « On y traitait de psychologie, de mode, de cuisine. Tout ce qui concernait les femmes. À l’époque, tout était en direct, et j’avais terminé ma première émission cinq minutes trop tôt, sans plus rien à dire ! Je me suis enfermée dans les toilettes en pleurant, convaincue que ma carrière était finie pour toujours ! »

Et pourtant, quelques mois plus tard, Télé-4 lui confiait déjà l’animation du bulletin de nouvelles Panorama, avec Jacques Gauthier et Jacques Larochelle. Elle créera ensuite De tout de tous, le précurseur des émissions de vente à la télé, qui durera 20 ans. Après Renée Hudon, Aline Desjardins, Nicole Boulanger, Claude Steben et Nicole Simard se succéderont à la barre de la Boutique TVA de l’époque.

Renée Hudon a aussi été l’animatrice d’une émission diffusée sur tout le réseau de Radio-Canada, Dans les rues de Québec. « Tous les grands artistes qui venaient à Québec passaient par l’émission, que ce soit Sacha Distel, Charles Trenet ou d’autres. »

L’animatrice conserve de magnifiques souvenirs de cette époque où il n’y avait pas d’école d’annonceurs et où on apprenait tout « sur le tas ». « J’ai eu la chance de travailler avec de grands réalisateurs, dont Hélène Roberge, qui a fait plus tard entre autres Des dames de cœur. Je lui dois tout, elle m’a tout appris. »

Elle se souvient aussi de ces deux soirs par semaine où elle devait s’enfermer dans une cabine pour faire de la publicité en direct, à toutes les demi-heures, de 19 h à minuit. Une pub de 30 secondes coûtait 30 $, alors qu’elle peut atteindre 400 $ aujourd’hui.

Ce n’est qu’en 1964 que CFCM se détache de Radio-Canada pour devenir une station indépendante. Et en 1971, Télé-4 forme avec d’autres stations le nouveau réseau TVA, avant de devenir Télé-Capitale l’année suivante. Le réseau Pathonic naîtra en 1986, à une époque où la station de Québec produisait aussi bien des émissions pour enfants que des variétés.

Après avoir connu des années de gloire à Montréal, Michel Jasmin arrivait à Télé-4 en 1986 pour animer l’émission du matin, Café Show, notamment avec Hélène Fouquet, qu’on peut maintenant voir à Caféine à TQS. « Une animatrice de l’époque à Montréal m’avait dit: “Pauvre petit garçon, après avoir connu ce que tu as connu, t’es obligé de recommencer à zéro, au bas de l’échelle !” Alors que pour moi, travailler à Québec, c’était une opportunité merveilleuse de faire mon métier. »

Dès l’automne 1986, l’animateur héritait d’un talk-show quotidien, Via Québec, où les humoristes Alain Dumas et Michel Morin ont fait leurs premières apparitions à la télévision. « Dans le marché de Québec, à 16 h, l’émission attirait plus d’auditoire que celle qu’elle précédait dans la grille, Montréal en direct avec Pierre Marcotte », se souvient Michel Jasmin. Hélas, l’animateur n’a pu terminer la saison, victime d’un grave accident. Dominique Michel, Danielle Ouimet et Serge Bélair, entre autres, l’ont terminée pour lui.

Michel Jasmin adore faire de la télévision à Québec et le répète chaque fois qu’il en a l’occasion. Cet été, il remplace Gino Chouinard à Salut, bonjour ! week-end, avant d’entreprendre cet automne une cinquième saison à la barre de Michel Jasmin. « En 1987, quand j’ai dû quitter Via Québec en raison de mon accident, je disais que, s’il y avait moyen de gagner ma vie à Québec, c’est ce que je préférerais entre tout. »

Même s’il a toujours un appartement sur l’île des Sœurs, Michel Jasmin passe la majeure partie de son temps à Québec, sur les terrains du Château Bonne Entente, où il réside. « Dans le contexte de tout ce qui se brasse dans le milieu de la télévision à Montréal, j’apprécie de ne pas avoir à subir cette pression. Au cours de nos réunions téléphoniques avec l’équipe de Montréal, on sent une fébrilité supplémentaire par rapport à ce que nous vivons à Québec. C’est sûr que ça a une influence sur la qualité de l’environnement de travail. »

L’animateur ne croit pas qu’une émission de l’ampleur de Via Québec serait encore possible, aujourd’hui, dans la capitale, même si les budgets dont elle disposait n’étaient pas faramineux. Le directeur général de TVA-Québec et vice-président des stations régionales, Richard Renaud, concède que la station n’a plus l’indépendance et les ressources qu’elle avait durant les années de Pathonic. Mais il insiste pour dire que TVA-Québec produit encore 21 heures de programmation originale par semaine. « Des stations de même importance que la nôtre dans l’ouest du Canada se sont vu accorder 15 heures locales. Nous, nous faisons le choix de conserver nos 21 heures dans notre demande de renouvellement de licence au CRTC. »

Dans les prochaines années, Richard Renaud souhaite que TVA-Québec soit davantage visible sur tout le réseau. « Un comité étudie actuellement nos méthodes de production pour les rendre plus efficaces. Nous voulons faire davantage d’émissions diffusées sur tout le réseau, et offrir une vitrine plus large à la région de Québec. »

Le directeur général est convaincu que la télévision de Québec a un bel avenir, et pas seulement localement. « Nous avons le talent, l’expertise et les infrastructures. Le concept d’Occupation double, par exemple, aurait très bien pu provenir de Québec. La télé achète des idées. Qu’elles soient de Québec ou d’ailleurs, ça me paraît accessoire. L’important, c’est d’avoir un bon concept. »

En attendant de voir se réaliser ces belles promesses, TVA-Québec soulignera son 50e anniversaire durant toute la saison estivale. Notamment par un bulletin de nouvelles spécial diffusé sur tout le réseau, une émission de Salut, bonjour ! week-end sur le 50e anniversaire et des clins d’œil dans la programmation locale. On a même transformé une pièce de la station de l’avenue Myrand en musée du 50e, avec photographies et bouts de films de l’époque. Et ne manquez pas, mercredi dans LE SOLEIL, un compte-rendu du lancement des festivités, avec le premier chef d’antenne de Télé-4, Richard Garneau, et son homologue actuel, Pierre Jobin.

Des articles complémentaires au sujet de CFCM-4 :

https://carlfiset.wordpress.com/2012/04/22/identifications-souvenirs-de-ckmi-5-et-cfcm-4/

https://carlfiset.wordpress.com/2012/04/23/documents-darchives-de-cfcm-tv-4-quebec/

http://radiomonde.lolforum.net/t8774-historique-de-cfcm-tv-quebec

 

Publicités

2 commentaires sur « TVA Québec déménage : un moment historique »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s