Adieu métrosexuel, le « lumbersexuel » sort du bois

Journal Métro

Il travaille dans les nouvelles technologies, mais a l’air tout droit sorti des bois: il a la barbe fournie, des boots et une chemise de bûcheron. Le « lumbersexuel », armé de son style sauvage, a remplacé le délicat métrosexuel dans le paysage urbain.

Ce bûcheron (« lumberjack ») des villes qui a envahi les rues, de Brooklyn à Berlin, le blogueur Tom Puzak l’a identifié récemment sur le site internet GearJunkie.com, dédié à l’univers « outdoors ».

« Le métrosexuel est désormais une espèce en voie de disparition, remplacée par des hommes plus intéressés par la vie en plein air que par les soins de beauté raffinés », écrit-il.

Ce hipster-homme des bois cache un urbain qui travaille dans le secteur des nouvelles technologies pour un salaire confortable, décrit encore Tom Puzak. Dans son sac à dos, point de hache de bûcheron, mais un MacBookAir.

« Finie l’ère des coupes cintrées, des silhouettes longilignes, presque féminines », analyse…

View original post 379 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s