La vie c’est court, mais c’est long des petits bouts | Zone Libre | Zone libre |

 

Qu’on peut se sentir seul même devant la foule qui applaudit.

Qu’on peut verser une larme, même au chaud, les pieds dans le sable.

Qu’on peut avoir envie de mourir, même avec son enfant dans les bras.

Et c’est peut-être là que ça fait plus mal. Pas lorsqu’on est victime d’une tragédie ou au fond du baril. À ce moment-là, tout le monde s’attend à ce qu’on soit malheureux. On sait tous quoi faire. C’est normal, d’être triste, anéanti, en détresse, après un choc, une épreuve. Et là, on est moins seul, parce qu’on sait comment soutenir ceux qui crient à l’aide.

Mais comment venir en aide à celui qui a tout et qui n’a plus envie de rien?

Peut-être qu’on se sent encore plus seul et malheureux quand on a tout accompli ce que les autres sont incapables d’accomplir. Peut-être qu’on se sent mal de réussir en faisant quelque chose qui nous semble facile. Peut-être qu’on arrête d’aimer la vie quand on n’a plus l’occasion de se prouver et de courir.

Comment est-il possible de s’attendre à ce que les autres aient de l’empathie quand ils nous envient?

Quel voyage, quel achat, quelle personne va finir par combler le vide existentiel et la douleur de celui qui a tout et fait l’envie de tous? Quoi chercher, à quoi s’accrocher quand même l’amour ne suffit pas?

La vie c’est court, mais c’est long des petits bouts | Zone Libre | Zone libre |.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s