Jérôme Landry : Québec, capitale de la radio

Je suis partagé sur l’avis de Landry au sujet de la diversité de la radio de Québec. Il y a très peu de recherchistes et de  journalistes dans la radio de Québec. On les a mis pour la plupart à la porte pour garder le budget au minimum. C’est la raison pour laquelle on fait de la radio d’opinion plutôt que de la radio d’information.

Par ailleurs, au sujet des quotas à observer pour les radios musicales et le fait de développer de nouveaux formats de radios musicales, la question du statu-quo des quotas actuels mérite d’être posée et débattue.

Écoutez-vous encore beaucoup la bonne vieille radio terrestre? À voir les sondages publiés dans les derniers jours, il semble que les gens de Québec sont plus que jamais accrocs à la radio parlée.

Pour avoir patiné sur la même glace que les Maurais, Gravel, Dupont, Bouchard, Fillion pendant la période sondée, je peux vous dire que ça ressemblait parfois à la série Blackhawks-Kings au hockey.

En pleine campagne électorale, des animateurs, recherchistes, journalistes qui s’arrachent les meilleurs sujets, les meilleurs invités, les meilleures nouvelles, ça donne les meilleurs résultats pour le «talk radio» depuis longtemps.

Je ne vous dis pas ça pour me péter les bretelles, je vous dis ça parce que plus que jamais, les vrais gagnants des sondages sont les consommateurs de radio. Ils n’ont jamais eu autant de choix pour s’informer ou se divertir.

Mon patron me disait cette semaine qu’il avait parfois l’impression de «gérer une bande de débiles».

C’est peut-être un peu pour ça que la radio de Québec se démarque de celle de Montréal.

LOIN D’ÊTRE MORTE

La ville de Québec est assurément le meilleur marché de radio au Québec, peut être même au Canada.

Il y a dix ans, certains prévoyaient pourtant la mort de la radio terrestre à cause d’internet et de la multiplication des sources d’informations.

Ce que certains «druides» des médias n’avaient pas prévu, c’est que la radio FM a réussi à prendre le contrôle d’internet avec des personnalités et des marques de commerce très fortes comme Radio X, FM 93 et les autres.

Mais la radio devra encore se battre pour survivre.

Ma blonde a une fille de dix-sept ans. Elle ne m’écoute à la radio que très rarement.

Il y a plus de 100 000 personnes qui écoutent au moins un quart d’heure de mon émission chaque matin et celle que je considère comme ma fille ne m’écoute à peu près pas.

Cette génération est branchée sur son iPhone, sur YouTube, sur Instagram. Ils écoutent aussi de moins en moins la télé et les bulletins de nouvelles locales.

Les médias traditionnels devront faire preuve d’imagination pour renouveler leur clientèle.

ASSEZ LES QUOTAS

Alors que la radio parlée vit des années charnières, c’est moins le cas pour la radio musicale, elle aussi placée devant le défi des changements technologiques.

Le CRTC empêche actuellement ces radios de suivre la parade. La réglementation désuète va finir par tuer des stations qui essaient tant bien que mal de bâtir des formats musicaux intéressants.

Comment voulez-vous par exemple, bâtir une radio rock rentable avec l’obligation de diffuser 65 % de contenu francophone?

Les amateurs de musique écoutent maintenant ce qu’ils veulent, quand ils veulent. Ils transportent une véritable discothèque dans leurs téléphones intelligents.

Malgré les défis, la radio demeure le plus beau métier du monde. Un métier de fou, mais combien stimulant et valorisant.

Et la radio demeure aussi la meilleure amie de milliers de travailleurs, automobilistes… et elle fait surtout partie de l’ADN de la ville de Québec

Publicités

2 commentaires sur « Jérôme Landry : Québec, capitale de la radio »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s