Autopsie d’une élection : Québec 2014

Depuis deux jours maintenant, les analystes se posent plein de questions sur les raisons de la victoire du Parti Libéral du Québec et surtout de la débandade du Parti Québécois. On y est allé dans toutes sortes de directions.

Je vous propose dans le présent article de vous présenter des remarques et des faits afin de proposer des pistes d’explications. Rien n’est simple en ce bas monde et encore plus en ce qui concerne l’issue des dernières élections. Il semble qu’un paquet de facteurs est venu changer et rechanger la donne au courant de la campagne. Je vais me garder d’y aller d’une analyse détaillée car je juge que nous ne saurons jamais avec certitude de ce qui s’est réellement passé. Mon but est davantage de susciter la discussion que d’amener des réponses. Je vais y aller par parti politique. Commençons par les grands vainqueurs, le PLQ.

 

Parti Libéral du Québec

La stratégie du chef du PLQ, Philippe Couillard a été d’adopter l’attitude du médecin, gentil mais froid. Il a su également tirer profit à son avantage de la déclaration de vouloir un pays de Pierre-Karl Péladeau lors de l’annonce de sa candidature dans St-Jérôme. Il a martelé le restant de la campagne que le PQ s’il est élu fera un référendum sur la souveraineté du Québec. Pauline Marois, cheffe du PQ,  a eu beau se défendre de ne pas vouloir faire de référendum, il semble que Philippe Couillard a marqué des points. Du moins, ce débat a permis de détourner l’attention des médias et des électeurs de tous les problèmes de corruption et de scandales qui a éclaboussé le PLQ jusqu’à dernièrement.

Je me demande par ailleurs si le PLQ a finalement obtenu un mandat de de non-confiance envers le PQ, comme il en avait été victime lui aussi 18 mois plus tôt lors des élections provinciales de 2012. Ou serait-ce contre Pauline Marois elle-même ? Pour avoir oublié tous les scandales récents du PLQ, je me demande si ceux-ci ont peut-être au bout du compte bénéficié du vote « anybody but Pauline ».

 

Parti Québécois

La campagne a été dure pour l’équipe de Pauline Marois. De nombreux écueils sont venus miner leurs efforts. On se demande même si la première ministre Marois aurait dû se contenter de gouverner plutôt que de prétexter une éventuelle motion de non-confiance envers son gouvernement et déclencher des élections. C’est bien son équipe qui a fait adopté une loi pour des élections à dates fixes. Étrange quand même. Ce qui n’a pas aidé, c’est qu’on s’est fié sur l’apparent appui de la population pour une charte de la laïcité. Ce débat fut introduit il y a plusieurs mois déjà et en début de campagne l’ère d’aller que procurait le projet de charte commença à s’essouffler. La déclaration par ailleurs  de Pierre-Karl Péladeau de vouloir un pays pour ses enfants a changé la donne lors de la campagne. Philippe Couillard a capitalisé là-dessus et le PQ a semblé traîner un boulet le restant de la campagne. La peur d’un éventuel référendum soulevé par Couillard a semblé nuire au PQ et les sondages ont montré une baisse de l’appui au parti jusqu’à la fin de la campagne, au profit du PLQ. La majorité des gens semble ne plus vouloir entendre parler du projet de souveraineté. Comble de malheur, la première ministre sortante ne se fait pas réélire dans son comté. Est-ce la fin du rêve péquiste ?

 

Coalition Avenir Québec

Le parti de François Legault a connu des débuts difficiles. À commencer par un mauvais slogan : « On se donne Legault ». Le chef a retenu aussi l’attention pour des blagues suscitant des malaises parmi l’électorat et les médias impliquant sa femme qui l’a suivi durant toute la campagne. Alors que le parti était au plus bas dans les intentions de vote, Legault a donné une bonne performance au deuxième débat télévisé, ce qui semble avoir permis au parti de récupérer la mise et de faire même quelques gains dans le 450. Cependant, 4 comtés caquistes de la région de Québec sont passés aux mains des Libéraux. Il est possible que le fait que le chef du parti n’ait pas appuyé les demandes du maire Régis Labeaume concernant les améliorations d’infrastructures pour la Ville de Québec n’a pas aidé leur cause. Ce n’est pas si sûr toutefois. Les gens ne semblent pas contre l’idée d’un anneau de glace pour le patinage de vitesse mais ce n’est pas dans la préoccupation première des gens. Je crois que la CAQ a été victime en partie du phénomène « anybody but Pauline ». Il est possible que les électeurs ont décidé que, tant qu’à choisir, on va se boucher le nez et y aller avec un parti de premier plan, et non pour un tiers parti. Toutefois, il convient de souligner que les caquistes ont trois comtés de plus qu’à la dernière élection en 2012. Le parti, fidèle à son habitude, a adopté une stratégie en lien avec leur vision, logique et honnête. Il faut croire que des politiciens honnêtes et logiques, ça ne paie pas. Parlez-en à PKP qui s’est affiché clairement souverainiste et Françoise David de Québec Solidaire.

 

Québec Solidaire

Le parti de Françoise David a fait des gains : une nouvelle députée, Manon Massé, dans Sainte-Marie-Saint-Jacques. En fait, il y aura recomptage demandée par la candidate libérale du comté car Massé a gagné par 94 voix seulement. Ce serait dommage qu’elle ne soit pas élue suite au recomptage, ne serait-ce que pour la diversité des voix. D’autres candidats sur l’Île-de-Montréal ont offert des performances notables. Françoise David comme à son habitude a adopté un ton calme et serein tout au long de la campagne. Ce parti est promis à de belles choses dans l’avenir mais, comme pour les caquistes, je crois que Québec Solidaire est victime un peu de l’aspect bi-partite du système électoral. Par ailleurs, je ne sais pas si je rêve mais les médias semblent vouloir le premier élu du parti, Amir Khadir, ces derniers temps.

 

Option Nationale et les autres

Sortir de l’ombre dans le système électoral actuel est difficile pour les tiers partis et Option Nationale n’y échappe pas. Avec moins d’un demi pourcent des voix, il est difficile de se faire connaître par la suite et c’est comme une roue qui tourne. Les médias s’attardent peu également à ces partis, ce qui n’aide en rien à se faire connaître.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s