Poursuite de 150 000 $ contre le mensuel Les Immigrants de la Capitale

Sur son blogue du Journal de Québec, Dominic Maurais ramène un fait divers qui s’est produit en décembre 2012 concernant le mensuel Les immigrants de la Capitale (note : le mensuel est identifié par erreur à Les immigrants de Québec par l’auteur de l’article cité plus bas) et qui sont poursuivi par un couple de Tunisiens qui vivent à Québec dont la femme a porté en public le niqab et qui a fait l’objet d’un article dans le mensuel en question. Il s’agit d’une poursuite de 150 000 $ au total pour humiliation à l’endroit du journaliste Miha Claudiu Cristea et du journal. Des gens qui veulent la discrétion et éviter l’humiliation en s’affichant ainsi en public et qui en rajoutent en poursuivant un journal, intention de poursuite qui va être reprise dans les médias sociaux, les journaux, la radio et la télé, ça ne fait pas de sens. J’espère que le bon sens de la Justice va se faire entendre mais j’ai un doute. Il aurait peut-être fallu que le journaliste Mihai Claudiu Cristea demande la permission avant de publier son article. Je ne pense pas que cela a été fait et c’est là, selon moi, que ça pourrait achopper en cour. Quel en sera l’impact sur tous les médias et la liberté d’expression si ces gens gagnent en cour ? Vais-je être poursuivi à la rigueur ?

L’histoire n’a pas fait grand bruit mais je veux aujourd’hui la ramener à l’avant plan, car dans le contexte, elle est non seulement pertinente mais également lourde de sens.

Parmi tous ces palabres et toutes ces discussions théoriques et théocratiques sur la laïcité, le voile et patati et patata, il y a cette histoire qui concerne un petit journal de Québec, un journal techniquement en péril aujourd’hui.

«Les immigrants de Québec» est un mensuel distribué à environ 5000 copies à Québec. Il publie des articles sur les communautés culturelles de la région de la Capitale.

En juin 2012, son éditeur, Mihai Claudiu Cristea a rédigé un article sur une femme qui portait le niqab (donc totalement couverte des pieds à la tête, sauf pour les yeux), en plein marché public à Ste-Foy.

Le fait est inusité, controversé, d’intérêt public et digne de mention dans une publication comme la sienne.

Le problème, c’est que la Tunisienne qui porte le niqab, (Ahlem Hammedi, selon la poursuite), et son mari, (Saber Briki, selon le document de la poursuite) estiment avoir été humiliés et poursuivent la publication et son éditeur pour pas moins de… 150 000 dollars en dommages!

De sources bien informées, j’ai appris que la date du procès sera annoncée le 4 octobre prochain.

Entretemps, le journal cherche des appuis.

Une pétition est en ligne.

Sur la liberté d’expression, la liberté de presse.

Quels seraient les impacts d’une telle jurisprudence, d’une décision du tribunal en faveur du couple musulman?

Sur la liberté de presse? Sur la liberté d’expression?

Ce cas peut sembler anodin pour certains mais il est fondamental.

Si publier la photo d’une femme au niqab devient diffamatoire, quelle sera la prochaine étape?

Voici à mon avis un cas qui devrait intéresser toute la classe médiatique, toute la classe politique.

Ça se passe quelque part, à Québec.

Dans un petit mensuel, mais tout de même devant l’un de nos tribunaux, la Cour Supérieure du Québec, qui a accepté d’entendre la cause.

Source des extraits : http://blogues.journaldequebec.com/dominicmaurais/actualites/une-musulmane-au-niqab-crie-a-lhumiliation-et-poursuit-un-journal-de-quebec/

En entrevue au FM93 à l’émission Bouchard en parle, le journaliste Mihai Claudiu Cristea de Les Immigrants de la Capitale nous raconte cette histoire : http://www.fm93.com/audioplayer.php?mp3=158318

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s