La publicité qui déforme la réalité : les stéréotypes sexuels utilisés dans la pub

L’utilisation des stéréotypes revient de temps à autre dans l’actualité mais surtout dans les pages de courrier de lecteurs. Je vous mets ici la lettre d’un lecteur, le professeur Robert Darlington, qui est psychologue au CÉGEP de St-Jérôme ( http://www.cyberpresse.ca/opinions/201105/27/01-4403626-des-ti-gars-infantilises.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_place-publique_1242600_accueil_POS2 ) et qui s’est indigné de la pub télé récente qui traite les hommes, les jeunes surtout, comme des « ti-gars infantilisés menés par des germaines ». Patrick Lagacé a eu une réaction assez cinglante ( http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/patrick-lagace/201105/29/01-4404025-scoop-la-pub-maquille.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_aujourdhui-sur-cyberpresse_267_accueil_ECRAN1POS1 ) ce matin. Ma position se situe à quelque part entre celles de nos deux belligérants.

S’il est vrai, comme le mentionne Patrick Lagacé, que la publicité maquille la réalité, il faut bien qu’elle s’en inspire pour que la publicité remplisse un de ses buts, rejoindre les gens. C’est très important comme but pour vendre un produit, le but ultime d’une bonne publicité inutile de le dire. Ce qu’oublie Patrick Lagacé aussi, un des buts de faire de la pub, c’est d’inciter consciemment ou inconsciemment les gens à consommer le produit en vedette dans ladite pub. Et si par l’utilisation de stéréotypes sexuels à répétition, la publicité aurait pas cette pernicieuse façon d’entretenir les préjugés? De voir, par exemple, les jeunes comme des paresseux à prime abord, au lieu de juger au cas par cas. Ou bien encore de voir les jeunes filles habillées de façon sexy comme des chattes en chaleur sans cerveau ni aucune valeur. Les préjugés sont tenaces parfois. On cherche de midi à quatorze heures des manières de faire diminuer les préjugés dans notre société. Peut-être devrait-on jeter un coup d’oeil du côté des pubs. À force de nous proposer des préjugés dans les pubs, je me dis que, inconsciemment, ça finit peut-être par rentrer dans nos têtes, comme les produits qu’ils veulent nous vendre. Ça me fait penser parallèlement à certaines figures d’autorités, des patrons d’entreprise, des politiciens qui nous martèlent à tous les jours de demi-vérités quand ce n’est pas de faussetés, et mine de rien on finit par y croire sans trop s’en rendre compte. Jusqu’à temps que la vérité sorte enfin.

Devrait-on légiférer davantage les pubs? Ou laisser ça au cas par cas devant la Justice? C’est un autre débat qui mérite d’être mené. Je vous dirais cependant que, sans aller d’un extrême à l’autre, du laisser-aller pur et simple ou dans l’activisme anti-stéréotypes dans les pubs, je crois qu’on devrait se poser davantage des questions sur l’influence réelle de la publicité dans nos vies.

Advertisements

Un commentaire sur « La publicité qui déforme la réalité : les stéréotypes sexuels utilisés dans la pub »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s